Gazette des beaux-arts: la doyenne des revues d'art — 3. Pér. 21.1899

Page: 459
DOI issue: DOI article: DOI Page: Citation link: 
https://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/gba1899_1/0481
License: Free access  - all rights reserved Use / Order
0.5
1 cm
facsimile
AMIGO DI SANDRO

(premier article)

l existe un groupe de peintures floren-
tines, datant de la septième décade du
xve siècle et de la suivante, qui passent
aujourd’hui sous les noms de Filippo
Lippi, Botticelli, Ghirlandajo et Filip-
pino Lippi. Elles présentent, quoique
diversement étiquetées, des liens de
parenté fort étroits. Nous allons exa-
miner ces œuvres, pour voir si nous
ne pourrions pas y retrouver la main
d'un seul et même peintre. Nous ver-
rons aussi, le cas échéant, ce qu’elles peuvent révéler touchant la
personnalité de cet artiste.

La première, en procédant par ordre de date, est à Naples;
c’est une Madone avec deux anges portant l’Enfant. La composition
et l’idée semblent avoir été inspirées par la belle Madone aux Anges
(Uffizi), du peintre auquel ce panneau de Naples était tout récem-
ment encore attribué : Fra Filippo lui-même. Mais, ici, la séduisante
gaieté de Filippo est remplacée par une expression d’accablante
mélancolie, d’amertume douloureuse, qui exagère le ton sur lequel
s’exprimait parfois Botticelli. C’est à ce dernier qu’on attribue main-
tenant la Madone de Naples, et non sans apparence de raison. Les
types et le paysage rappellent tels ouvrages de la jeunesse de Sandro,
loading ...