Morgan, Jacques de [Contr.]
Fouilles a Dahchour: 1894 - 1895 — Wien, 1903

Page: 68
Citation link: 
https://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/morgan1903/0077
License: Creative Commons - Attribution - ShareAlike Use / Order
0.5
1 cm
facsimile
68
65-

66.

FOUILLES A UAHCHOUR.

Vingt-quatre petits oiseaux aux ailes éployées. Le travail en est relativement grossier : ce
sont des pièces estampées dans un moule commun. Le trou d'enfilage est situé au bas
de chaque oiseau.

Haut, o"1 oi. Poids total 5 gr. 5.

Chaîne d'or tressée en quadruple. Douze ornements groupés en quatre groupes de trois y
sont attachés. Il convient de remarquer que la chaîne présente quatre solutions de con-
tinuité également espacées qui laissent à supposer qu'à ces endroits venaient s'attacher
d'autres ornements.

La caisse à canopes renfermait quelques inscriptions.



o^^n

;£ai,

l CS l ^—*s v,-----s a \J h aa/vw\



S

3.

4-

Un seul des vases d'albâtre était imberbe.

Le coffret à fards renfermait neuf vases X7 soigneusement étiquetés que nous avons déjà repro-
duits fig. 110. A côté était le brûloir à parfums recouvert de sa cloche de bronze (fig. 107).

Les vases étaient nombreux : Trois bouteilles de terre cuite rouge, trois assiettes dont l'une
desquelles étaient de petites boulettes grises. Six assiettes couvercles de vases à fond plat. Quatre
assiettes n° 3. Deux vases gobelets à fond plat n° 1. Trois vases gobelets n° 2 à fond plat. L'un
d'eux renfermait des graines. Un vase gobelet n° 1 à fond rond. Deux vases gobelets n° 2 à fond
rond. Deux vases gobelets coniques à fond plat. Enfin, deux autres vases encore étaient placés
sur une planchette qui tomba en poussière.

Le dallage de la chambre des offrandes de la princesse Khnoumit était formé de larges pierres
parmi lesquelles se trouvait une stèle (fig. 111) d'un travail remarquable qui, n'ayant probablement
pas été employée à la destination pour laquelle elle avait été sculptée, fut utilisée après coup. Elle
appartenait à un prince Amenem-hat-ankh.

Tombeau de la reine Kma-noub et d'Amen-hotep (fig. 112).

Cette sépulture, précédée d'un long couloir voûté en briques crues et débouchant à l'extérieur,
avait été ouverte par les spoliateurs, qui avaient tout enlevé sauf quelques fragments des cercueils
qui ont permis de retrouver les noms et les titres des morts auxquels ce caveau avait été réservé.

L'entrée évasée et à ciel ouvert était sur tout son pourtour garnie de murailles de briques
crues destinées à retenir les sables mouvants et à tenir la porte libre.

Au fond de cette première salle s'ouvrait une galerie voûtée, longue de 10 mètres environ et
inclinée de 14 centimètres par mètre. La porte était fermée au moyen d'un mur de briques crues.
Les spoliateurs la respectèrent; ils pénétrèrent dans le tombeau en brisant la voûte non loin du
point où elle cesse d'exister pour faire place aux constructions en plates-bandes du tombeau lui-
même.

Ltn *.--.-.
loading ...