Morgan, Jacques de [Contr.]
Fouilles a Dahchour: 1894 - 1895 — Wien, 1903

Page: 110
Citation link: 
https://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/morgan1903/0119
License: Creative Commons - Attribution - ShareAlike Use / Order
0.5
1 cm
facsimile
I IO

FOUILLES A DAHCHOUR.

TOMBEAUX GRECS, ROMAINS ET COPTES.

Pendant le cours de mes recherches du printemps de 1894, j'avais rencontré dans les terrains
royaux, situés autour de la pyramide d'Usertesen III, un grand nombre de petits tombeaux appar-
tenant aux plus basses époques. Les travaux de cette année m'ont appris que plus on s'avance vers
le sud dans la nécropole de Dahchour, plus ces modestes sépultures deviennent rares. Quelques-
unes furent rencontrées près de la pyramide d'Amenemhat III, mais le plateau sur lequel repose la
tombe d'Amenemhat II n'en contient pour ainsi dire pas.

Je ne m'étendrai pas sur la description de ces tombeaux, leur nature est trop connue. Ils sont
pauvres et généralement ne renferment aucun objet, sauf quelques perles de verroterie. Ces mo-

Itao^tiAV

Fig. 156.

Fig- 157-

destes stèles, gravées en grec ou en copte (fig. 155, 156, 157), signalaient autrefois à l'attention la
dernière demeure d'un pauvre fellah ou d'un petit employé mort dans les villages voisins qui fort
probablement occupaient déjà dans la vallée la place qu'ils ont conservée jusqu'à nos jours.

Les tombes gréco-romaines sont très abondantes dans la nécropole de Saqqarah autour des
pyramides de Djezer, d'Ounas, de Teti, ainsi que dans l'espace qui sépare ces monuments du
groupe méridional où les deux Pepi et Merenra avaient construit leurs monuments. Ce fait tient
à ce que ces terrains étaient les plus proches de Memphis et que pendant les cinq ou six siècles
que comprirent les dominations grecque et romaine l'antique capitale des Pharaons avait conservé

-,
loading ...