Morgan, Jacques de [Contr.]
Fouilles a Dahchour: 1894 - 1895 — Wien, 1903

Page: 98
Citation link: 
https://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/morgan1903/0107
License: Creative Commons - Attribution - ShareAlike Use / Order
0.5
1 cm
facsimile
\

98

FOUILLES A DAHCHOUR.

Les

rec

PYRAMIDE D'AMENEMHAT III.

(Planches XVI et XVII.)

Dans mon premier volume sur les fouilles de Dahchour (p. 87 et suivantes), j'ai décrit la pyra-
mide méridionale de briques, j'ai parlé de son enceinte carrée, des dix tombeaux qui s'ouvraient
dans les terrains réservés au nord du monument royal, des ruines de sa chapelle funéraire. Je ne
reviendrai sur ces découvertes que pour les signaler et les rappeler au lecteur, afin que l'exposé
des travaux de 1895 s°it plus complet.

La pyramide était autrefois revêtue de calcaire de Tourah, mais après l'exploitation de ces
matériaux il n'est plus resté qu'un massif de briques qui lentement perdit ses formes sous l'action
des intempéries et sous la pioche des fellahs qui de tout temps vinrent prendre dans le colosse
d'argile les éléments de leurs habitations. Cette pyramide possédait-elle deux pentes comme le fait

existe dans sa voisine de l'ouest, ou n'en avait-elle qu'une? Il
serait difficile de se prononcer, car elle ne présente plus au-
jourd'hui que l'aspect d'une colline abrupte; cependant je suis
porté à croire qu'elle fut rhomboïdale, si j'en juge par l'in-
clinaison des murailles du revêtement et des massifs de briques
qui existent encore. Elle présentait un carré de 100 mètres
sur 100 mètres et par suite couvrait un hectare, c'est donc
dans dix mille mètres carrés de terrain, et sur une épaisseur
de quinze mètres environ que je devais aller chercher les ap-
partements royaux.

Le terrain compris dans l'enceinte royale ne mesurait pas
moins de 33756 mètres carrés, régulièrement réparti autour du
monument principal.

Au sud, dans tout l'espace compris entre le pied de la
pyramide et son mur d'enceinte au milieu de couches épaisses
formées des débris des travaux souterrains, je n'ai rencontré
qu'un tombeau et il avait été spolié.

/)•*• i< i< * * *■

aj

c,:l

Fig. 142.

A l'ouest le terrain était vide.

Au nord s'alignaient les dix puits dont deux seulement renfermaient des momies : ceux du roi
Hor Aou-ab-Ra (Ra-fou-ab) et de la princesse Noub-Hotep.

A l'est se trouvaient les restes informes du temple funéraire, parmi lesquels j'ai rencontré des
inscriptions au nom d'Amenemhat III (fig. 142).

tta\'a

la face[

■€Ï

'^K3

CES

>s4
loading ...