Morgan, Jacques de [Contr.]
Fouilles a Dahchour: 1894 - 1895 — Wien, 1903

Page: 87
Citation link: 
https://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/morgan1903/0096
License: Public Domain Mark Use / Order
0.5
1 cm
facsimile
SfUUAUMQJlflM»,

un

qui
de
ien
re,
les

le
de

PYRAMIDE D'OUSERTESEN III.

PYRAMIDE D'OUSERTESEN III.

(Planche XV.)

Le 15 juin 1894 j'avais cessé les travaux de recherches sous la pyramide septentrionale de
briques. Les chaleurs étaient devenues si intenses à Dahchour que les ouvriers ne pouvaient plus
travailler dans les galeries de mines comme à ciel ouvert, et que pour les personnes qui m'accom-
pagnaient et pour moi-même le séjour dans le désert était devenu impossible.

Déjà j'avais exploré une bonne partie des terrains situés sons le monument royal, mes galeries
avaient, à trois niveaux différents, dépassé le point de croisement des diagonales de la pyramide
et je n'avais pas encore rencontré les appartements royaux.

Dans presque toutes les pyramides qui jusqu'alors avaient été explorées, on avait toujours ren-
contré la chambre royale située au milieu du monument, soit sous les premiers lits des matériaux
dont il était composé, soit quelque peu engagé par sa partie supérieure dans les assises de la base.
Dans tous les cas, les appartements avaient été construits dans une cavité creusée à ciel ouvert
avant l'établissement de la pyramide. Un couloir incliné, partant de la base de la face nord, donnait
accès dans les chambres royales.

A Hawara cependant, pyramide attribuée à la xif dynastie, le dispositif est différent. La
chambre presque centrale est légèrement à l'ouest, le couloir incliné du nord est remplacé par une
galerie dont les puits débouchent au sud.

Ces modifications apportés par les architectes du moyen empire aux dispositions des monu-
ments plus anciens me donna à penser que les pyramides de briques n'étaient pas construites sui-
vant les théories généralement adoptées. Les travaux de mes prédécesseurs avaient nettement
démontré que la chambre royale n'était pas engagée dans les assises inférieures de la pyramide.
Un sondage au perforateur, exécuté dès le début des recherches, m'apprit bien vite que sous le
centre du monument se trouvaient les roches géologiques en place. Mes trépans furent arrêtés par
l'un de ces bancs siliceux si fréquents dans les grès du plateau de Dahchour. Il ne restait donc plus
qu'une supposition à faire pour rentrer dans les théories acceptées et placer la chambre royale au
centre, admettre que ces appartements avaient été construits dans un vaste souterrain, creusé à
travers des bancs de la roche, tout comme il avait été fait pour les quatre tombes les plus impor-
tantes de la galerie des princesses.

Ces considérations me portèrent à diriger mes recherches vers le centre de la pyramide, et les
trois galeries qui l'atteignirent à des niveaux différents ne rencontrèrent que les roches en place
jusqu'à une profondeur de 1 2 mètres environ. Toutes les suppositions se trouvaient donc en défaut.
loading ...