Morgan, Jacques de [Contr.]
Fouilles a Dahchour: 1894 - 1895 — Wien, 1903

Page: V
Citation link: 
https://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/morgan1903/0006
License: Creative Commons - Attribution - ShareAlike Use / Order
0.5
1 cm
facsimile
AVANT-PROPOS.

±J ouvrage que j'ai l'honneur de présenter seulement aujourd'hui au public est écrit depuis
plusieurs années, mais les circonstances n'ont pas permis de le mettre sous presse plus tôt. Je
l'ai rédigé au cours même des découvertes, pour ainsi dire au jour le jour. J'ai fait moi-même
ou fait exécuter sous mes yeux, à Dahchour, les dessins et les planches qui l'accompagnent.

En 1895, ne disposant pas des crédits nécessaires pour l'impression immédiate de mon tra-
vail, j'attendis un moment plus favorable. Puis absorbé par des découvertes d'un autre ordre
d'idées et par la publication de mes deux volumes «Recherches sur les origines de l'Egypte»
j'ajournai encore la livraison de ma deuxième campagne de fouilles à Dahchour.

En i8gj, au moment où je me préparais à publier mes travaux restés en retard, je dus
quitter l'Egypte, chargé par le gouvernement de mon pays d'organiser le service des fouilles
archéologiques en Perse. Dès lors mon manuscrit de Dahchour resta dans l'attente et sans l'obli-
geant intérêt que le savant Directeur général actuel des antiquités de l'Egypte porte à mes tra-
vaux, ce travail serait encore demeuré inédit pendant bien des années.

On a pu voir dans diverses publications que, malgré toute l'estime que nos découvertes et
nos travaux nous inspirent réciproquement, M. Maspero et moi, nous ne sommes pas toujours
du même avis sur plusieurs questions scientifiques. Cette divergence d'opinions tient à ce que
mon éminent contradicteur, étant plus spécialement un linguiste, embrasse une série de considé-
rations extérieures à mes travaux eux-mêmes, tandis que je m'appuie uniquement sur des faits
constatés dans mes recherches sur le terrain.

Sur la demande de M. Maspero lui-même j'ai conservé dans mon manuscrit toutes les parties
relatives aux objections qu'il me posait jadis. Ainsi le lecteur aura sous les yeux tous les élé-
ments des discussions et sera libre de trancher par lui-même.

C'est ainsi que je crois avoir établi d'une façon sûre les règles suivant lesquelles furent cons-
truits les monuments funéraires royaux et princiers de la XIIe dynastie. C'est ainsi également
que, conservant mon opinion au sujet de l'époque où vécut le roi Hor, je pense prouver qu'il
appartient bien à la même série de souverains que ceux dont les pyramides s'élèvent sur le
plateau de Dahchour.
loading ...