Société Française d'Egyptologie [Editor]
Revue de l'Egypte ancienne — 2.1928-1929

Page: 55
DOI article: DOI Page: Citation link: 
https://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/revue_egypte_ancienne1928_1929/0065
License: Free access  - all rights reserved Use / Order
0.5
1 cm
facsimile
L’ÉLÉAZAR DU DÉCRET TRILINGUE DE 217

PAR

M. E. CAVAIGNAC.

On sait à quelles discussions a déjà donné lieu le personnage mentionné à la
ligne 23 du texte démotique (Gauthier et Sottas, Un Décrel trilingue, p. 36). Les
démotisants seuls peuvent décider si la lecture du nom est certaine. Ge qui n'apparaît
pas, en tout cas, c’est la ne'cessité impérieuse de penser à un grand prètre juil’.

Du passage :

hpr-f hn-f Ute-w wh-f n e’r ’Lwzr n n nt whe-f a ’y qnqn

M. Sottas suggère pîusieurs traductions possibles. Je m’arrêterais volonfiers à celle-ci,
que M. Montet veut bien me dire parfaitement admissible :

crll demeura là jusqu’à ce qu’il fût signaié par ceux qui étaient avec Eléazar, à cause
de ceux qui étaient en face d’eux et se préparaient à les combattre.n

Autrement dit, pourquoi ne pas admettre qu’Éléazar est simplement un otïicier
égyptien, qui a continue' la campagne pendant que le roi se faisait recevoir triompha-
lement dans les villes, et qui, rencontrant quelque part une résistance plus forte,
est obligé d’attendre que le gros de l’arme'e royale vienne à lui ?

Que la présence d’un officier de ce nom dans l’armée égyptienne soit possible,
c’est ce que nous atteste précisément une inscription grecque des environs de i’an 900
(voir en dernier lieu Heichelheim, Die auswàrtige Bevôlkerung i. Ptolemàerreich, p. 70).
Elle mentionne la donation, par Éléazar vyeuwv, d’un cadran solaire et d’un puits
à sa ville d’origine.

Que l’Eléazar du décret de 9 1 7 soit justement celui de l’inscription, c’est ce que
je n’oserais affirmer. En tout cas, il me paraît plus prudent de songer à un person-
nage de ce genre que d’introduire dans l’histoire un grand prêtre juif fort sujet à
caution.
loading ...