Brugsch, Heinrich
Grammaire démotique: contenant les principes généraux de la langue et de l'écriture populaires des anciens Égyptiens — Berlin, 1855

Page: 44
DOI Page: Citation link: 
https://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/brugsch1855/0056
License: Public Domain Mark Use / Order
0.5
1 cm
facsimile
44 GRAMMAIRE DÉMOTIQUE, CHAP. IV.

quelque sorte cette localité comme ayant affaire avec le feu. Nous avons par conséquent le groupe
é/k<a>6 ACh le fourneau. Je trouve l'autre exemple que je veux citer à l'appui de mon assertion,
dans le mot (y i»^4-^> AWI, en copte o&i, o&e avoir soif. Le premier déterminatif générique V doit
nous rappeler l'idée de l'eau, le second ( une mauvaise chose. En effet l'idée d'avoir soif par suite
du manque d'eau doit être considérée comme chose pénible, fâcheuse.
Mais en voici d'autres exemples bien convainquants:

Signification.

Serpent (divin).

Temple.

Avoir faim.

Pleurer.

Naufrage.

La maison pure.

La bonne maison (tous les
deux mots sont des expres-
sions euphémistiques pour
désigner le tombeau).

La chambre sépulcrale, la
place sépulcrale.

Fumier.

Formate, fabricare.

Se manifester, paraître.
idem.

Balneum.

L'étoile nommée Oudji chez
les anciens Egyptiens, peut-
être la lune.

Nom démotique
déterminé.

Transcription.

Mot copte

flflS )))<)"£?

SAI

.

f/ÀM1^_J

ARPI

eptÇe*

/jtn.A-î

HoKAR

£onep

(y oui/

RIM

piAie

(y 0-111,4.

WIK

feï*2£I

/aV)

(HI) AW

Hï OTTH&

A^vJ-nô

HI NoVeR

Hï ttO£e&

(s\\

AS

(*&/m«%

HAÏR

gôwïpe

I.J-X*.

. MoNS

MOÏU*

A4> m^j

HRI

. . . .

sA^Anï)

HIR

....

}pVm))ï>)&-

AS-AIOUN

CJ^OTtl

1

fi O -kwu-Jâ>

OUATI



CHAPITRE QUATRIÈME.

DES NOMS PROPRES ET DE LEURS DÉTERMINATIFS.

95. Champollion, dans sa grammaire égyptienne, a consacré avec raison un chapitre entier
(le cinquième) à la discussion des noms propres et de leurs déterminatifs. Et effectivement, dans
aucune langue et dans aucune écriture peut-être l'étude des noms propres n'est d'une aussi grande
importance que dans les écritures des anciens Egyptiens. Ceux qui ont suivi avec quelque atten-
tion le développement de l'étude des hiéroglyphes, sauront que leur déchiffrement est provenu de
l'examen de certains noms propres et que depuis ce temps les preuves les plus manifestes en faveur
de la prononciation des signes phonétiques nous ont été fournies toujours dans les noms propres.
Par leurs variantes, ou par leurs transcriptions en lettres grecques elles nous offrent de précieuses
indications sur les valeurs phonétiques. Comme les noms propres dans l'écriture hiéroglyphique
sont à peu d'exceptions près significatifs, ainsi le démotique ne diffère non plus de sa mère hié-
roglyphique, à l'exception des noms propres grecs transcrits à leur tour avec des sons et des signes
égyptiens.

Une foule de noms démotiques se trouvent transcrits en grec dans les textes bilingues; j en
ai fait une petite collection sous le titre de: „Sammlung demotisch-griechischer Eigennamen aus
loading ...