Cahier, Charles; Martin, Arthur
Mélanges d'archéologie, d'histoire et de littérature (Band 1,1): Collection de mémoires sur l'orfévrerie ... : 1 — Paris, 1849

Page: 144
DOI Page: Citation link: 
https://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/cahier1849bd1_1/0164
License: Public Domain Mark Use / Order
0.5
1 cm
facsimile
MÉLANGES D'ARCHÉOLOGIE.

144
« mais, par !a jalousie du diable, la mort est entrée dans le monde, a Expliqué dans le sens
gnostique, ce texte rappellerait la création de l'homme telle que la racontaient les bogo-
miles. Selon eux, Satanael, qui avait été engendré avant le Verbe, occupa jadis dans le ciel le
premier rang après Dieu le père; mais il en fut précipité pour avoir voulu entraîner les
esprits célestes dans la révolte. Dépossédé ainsi avec ses complices, l'envie lui suggéra le
dessein de créer des cieux et une terre qui fussent comme la contre-partie des œuvres
divines ( car déjà, selon ces sectaires, la création divine d'un ciel et d'une terre avait eu
lieu, mais ce ne sont pas les nôtres ) ; et il en ht sa demeure, lui et les siens. L'embarras de
Satanael devint grand lorsqu'il s'agit d'animer l'homme, car on ne venait pas à bout d'y fixer
la vie. On entra donc en pourparlers avec Dieu afin qu'il tranchât cette difficulté, en se
chargeant de vivifier cette créature réfractaire ; moyennant quoi, cette œuvre exécutée à
frais communs devait fructifier en partie pour son second auteur, et les enfants d'Adam et
d'Eve seraient destinés à combler les vides laissés dans le ciel par la révolte. La convention
conclue, Adam et Eve obtinrent une âme d'en haut. Mais la jalousie de Satanael, abusant
de la foi des traités, corrompit Eve par le moyen du serpent ; et de là vinrent les aînés de
la famille humaine, Caïn et une sienne sœur (nommée Calomena), dont la race ne
pouvait profiter qu'aux rebelles ; etc., etc. *
Cependant, que voudront dire ces sept anges? Serait-ce une indication de cette quaternité
divine réduite à trois personnes par la chute de Satanael? ou plutôt faudra-t-il y voir
quelque chose comme les dont il n'est rien dit de bien positif dans
ce qu'Euthymius a écrit sur les bogomiles, mais qui se retrouvent chez un bon nombre de
sectes gnostiques ^? Ce que nous savons des bogomiles suffit pour juger qu'une foule d'ana-
logies les rattachaient à leurs prédécesseurs; mais en outre, l'un des anathèmes d'Euthymius
contre ces hérétiques s montre qu'ils plaçaient leur trinité dans le plus élevé des sept cieux ;
de sorte que ces anges pourraient exprimer ici la descente du Fils de Dieu dans le sein de
Marie. 4
On a vu que Salomon et son palais de la Sagesse étaient quelque chose d'important et
comme de fondamental pour les bogomiles, qui prétendaient en faire la sanction de leur crmo//

Euthym., 4 c:4^ 6, 7 (p. 9, sqq.).
- Sept éotts, sept cieux, sept puissances sidérales, sept co-
lonnes du monde, sept archontes, septénaire du
Démiurge, etc. Cf. Neander, Geue4 EMdpûdc. d. vortîdMM.
pmMC 3?/s4 (Berlin, 1818), p. 266 ; 285, 236; 116, 120,123-
125; 150,176, 177; 194, 196; 244, 250-253, 267-269; 76,
34, 87, 98.—Baur, RdâjdoMMygye??:. (Tubingue,
1831), p. 138, 150,484,486.—Thilo, in AA. s. 139,
143-145, 223. — Etc., etc. Je cite ces compilations savantes
pour ne pas renvoyer à une foule de témoignages épars dans les
auteurs ecclésiastiques.

3 J. Toll, 4 d4_, Anath. 4 (p. 116,117).
4 Cf. Thilo, Cod. %pocr?/p4..,t. i, 893. Au dire des Ophi-
tes, le Christ supérieur, descendant au secours de l'homme à
travers les sept deux, dépouilla leurs anges de tout ce qu'il
restait encore en eux de leur première origine. Combinaison
analogue à cette espèce de cotisation par laquelle, selon les Va-
lentiniens, l'Esprit saint et les Bons concoururent à la forma-
tion de Jésus-Christ. Cf. Iren,, libr., cap. xxx, n° 12 et cap. n,
n° 6 (ed. Massuet, p. 111,12, sq.).—Neander, Adem. Gascd.
der cdnsfdcd. Rcdydm (Hambourg, 1842, etc.), t. i, 768.—
Mattcr, H4s4 dMyuosdcùm^ 2" édit., t. n, 162., 270. 404.
loading ...