Cahier, Charles; Martin, Arthur
Mélanges d'archéologie, d'histoire et de littérature (Band 1,1): Collection de mémoires sur l'orfévrerie ... : 1 — Paris, 1849

Seite: 259
DOI Seite: Zitierlink: 
https://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/cahier1849bd1_1/0279
Lizenz: Public Domain Mark Nutzung / Bestellung
0.5
1 cm
facsimile
MYSTÈRE POUR LES FÊTES DE NOËL.

259

commodent à sa fantaisie ou la gênent; car il ne paraît pas douteux que cela ait été composé cMi-reme ca/nmc, et
c'est peut-être ce qui fait qu'on a pris si peu de souci pour nous conserver une foule de compositions semblables.
On se sentait en mesure de les remplacer au besoin sans grande dépense d'application. C'était comme nos chan-
sons de circonstance, que des amis conservent quelquefois^ mais dont l'auteur ( pour peu qu'il ait de facilité)
ne s'exagère point le mérite et ne s'occupe plus guère une fois qu'est passé le moment qui les avait fait naître.
Rem .*

Ordc. P03/ ReMed/camMS * pMcrormn spcvd/da (sic), coûtes
Ad repem parler deêett/ pro/endere prassM,
Præc/ara voce ?tec won tx/:c re-soMare .*
Eia dicamus : regias hic fert dies annua iaudes ;
Hoc lux ista dédit qaod mens sperare ncqui [vi]t.
Attuiit et vere votorum gaudia miiie ;
Et regnum régi, pacem quoque reddidit orbi,
Nobis divitias, deens, odas, testa, chorcas.
Eia dicamus 3.
Hune regnare decet et regni sceptra tencre ;
Régis nomen amat, nomen quia moribus ornât.
CAorMS, ayccadca/c vepe .*
Super soiium David ^
Attqe/ay, aê a//Zy, pay/orZèM5 Zj/a prccdZcZ/ r
Pastores, annuntio vobis
MaZ/Z/ado aaqc/o?atat .*
Gloria in excelsis.
Rc/d/eoa pax/orey /a?tc perpaa/, /ta?c?*eyaaaa/ej .*
Transeamus Bethleem
Rem pvZatay, qaZ y/a/ /aacZa atcdZo, caa/c/ .*
Stelia fuigore nimio rutilât.
^ccaaday, qtd y/a/ ad dem/crata .*
Qui Regem regum natum monstrat.
Pcr/Zay, qaZ y/a/ ad yiaZy/ram .*
Quem venturum olim prophetia signaverat.
IayZ??:a/ /d pcvpctt/, ac ayca/ada/cZa ^qcw/ ^ ;
Patte pctqaa/ pavZ/cr, /taac (sic) ver&atn vocZ/eraa/cy .*
Hac ducente pergamus
Ubi ejus sit nativitatis locus.
Cotape/Za/ /aZZ/cr c/.aaa/Zay ZZZay .*
Regia vos mandata vocant, nec segniter ite.
ZMagrZ .*
Qui [s ?] rex sic per te vult nos rcvocando venire ?
Repey Jap?dar:pce (ense?) taZaa/ [ar?] Za/ [ecaaa/Zay] :
Rex est qui toturn regnando possidet orbem,
Et nos cernemus (vey ccrac/Zy?) quis regum sic sit herilis.
/ZZoy dZ??tZ//Z/...'[c/ ad vepeta vcdZ/?] :
Vivas æternum, rex semper vivere dignus.
Rem ccoa/ra .'
Quid majoris opus mea sit [tibi] gratia munus ?
Quid rumoris allers ?
A'oa atarata /acicay, rcypaade/ aaa/Zay Zy/a .*
Nunciadura facis referre præsagia natis.
i On sait que primitivement les mystères s'intercalaient dans la
liturgie ecclésiastique, après matines ou à la fin des vêpres. J'en
ai dit un mot ailleurs (Fi/rMMæde Rouîmes, n" 88, et 93, sv. ; p. 15/t,
sv.; et 167-169).
- J'ignore si ceci indique une reprise (Du cupo). Quoi qu'il en soit,
je regarde les deux premières Zn/ei*ZocM/:oHs comme s'adressant à
Hérode que fête sa cour, occupée apparemment à lui souhaiter la
bonne année. Aussi no lui épargne-t-on point les compliments.
3 Ces paroles sont le commencement d'un verset d'Isaïe (ix, 7)
et d'une antienne du troisième dimanche de l'Avcnt (ù DenedtcfMs),
qui probablement se chantait ici en entier.
'< Premiers mots de la troisième antienne de laudes dans l'oflice

Quæ sunt præsagia natis ?
Ja/craaa/Zay ;
Adsuntnobls, Domine, très viriignoti ab oriente [venientes]
Noviter natum quemdam regem quæritantes.
Occarrcay aZ/cr (?) cat/aac d(Bc yaa/ pa/e/ac/a
Rex, Rex, Rex; Rex, regem natum constat per carmina
vatum.
Constat plum (sic) natum de virgine natum.
Per/Zay acccda/ /as, gai taoay/t*a/ venZen/ey .*
En magi venient (veaZan/?),
Et regem regum Stella duce rcquirunt,-
Portant infanti sua numera cuncta regenti.
PaZZêay aadZ/Zy, rca? ZZZZ /a/ta pro/cv/ .*
Ante venire jubé, quo possim singula scire :
Qui sunt, cur veniant, quo nos rumore requirant.
AatZper ad. sic ZtapZc/ ve//c po/ca/Zy .*
Regia. ?
Ad reqeat veaZaa/ pat'Z/cr, sic arc yaZa/aa/ .*
Salve, princepsJudæorum.
Rem .*
Quæ sit causa viæ, qui vos, vel unde vendis
Dicite nobis.
MaqZ .*
Rex est causa viæ, reges sumus ex Arabids
Hue venientes,
Regem regum quærentes.
Rem .*
Regem quem quæritis
Natum esse quo signo didicistis ?
Caa/aa/ MaqZ .*
Ilium natum esse
Di [di] cimus in Oriente,
(Maas/raa/ y/cZZaat /tty/e Zcva/o.)
Stella monstrante.
Ira /aateay, p/adtass/eraeas (stringens) rem Zy/a redaada/ .-
Si ilium regnare creditis,
Dicite nobis.
Ftm C/trt's/c req/ ao/iZy ?aeadacta ZoqaZ ^ !
Hune regnare fatentes, cum mysticis muneribus
De terra longinqua adorare venimus.
Paac atoay/raa/ daaa qaa? par/aa/ Oatatpa/ea/t.
de Noël. Ch Luc. n, 10.
B Ch Luc. n, 15. Là, comme pour D/or/a Za eæce/sis, l'auteur du
drame ne transcrivait que l'intonation ; le reste se trouvant dans
tous les antiphonaires et dans la mémoire de tout le inonde.
6 J'imagine que les trois rois s'embrassent pour témoigner leur
joie d'avoir reconnu l'étoile ; car c'est après cette démonstration
d'allégresse qu'ils se mettent à la recherche de celui que l'astre
leur annonce.
7 L'huissier ou écuyer royal répète sans doute aux mages la même
sommation qu'il leur avait adressée précédemment.
8 Cette ligne^ccrite en rouge comme une dù/usca/ic, me semble
indiquer un a par/c des mages qui évidemment prennent ici la parole.
loading ...