Letronne, Antoine Jean
La statue vocale de Memnon considérée dans ses rapports avec l'Égypte et la Grèce: étude historique faisant suite aux recherches pour servir à l'histoire de l'Égypte pendant la domination des grecs et des romains — Paris, 1833

Page: 19
DOI Page: Citation link: 
https://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/letronne1833/0036
License: Public Domain Mark Use / Order
0.5
1 cm
facsimile
( )

SECTION II.

Dans quel état les Voyageurs anciens dont les témoignages
nous restent, ont-ils vu le Colosse !

Les inscriptions gravées sur le colosse du nord sont
une preuve manifeste de son identité avec la fameuse
statue vocale. D'après le but et ia teneur de ces attesta-
tions authentiques, il seroit absolument impossible de
comprendre que ia statue sur laquelle on les iit encore ne
fût pas celle qui, chaque matin, rendoit un son, ou faisoit
entendre une voix. Cette identité avoit cependant été ré-
voquée en doute par plus d'un voyageur et d'un critique
dont il est inutile de rapporter ici les raisonnemens. II
suffira de dire que ces doutes se fondoient sur une diffé-
rence caractéristique entre le colosse du nord et celui
qu'ont décrit les anciens, notamment Strabon et Pausa-
nias, deux témoins oculaires, dont les paroles sont for-
melles. La contradiction n'est qu'apparente : elle s'explique
facilement ; il en sort même un fait remarquable dont
il importe de bien apprécier les diverses circonstances.
Pour y parvenir, il est nécessaire de distinguer les époques
des témoignages, et d'estimer le degré d'autorité de cha-
cun d'eux.

§ Ier. Le Colosse éto'it brisé par le milieu, lorsqu'il a été vu
par Strabon, Pausanias, et les auteurs des inscriptions.

Les deux colosses de la plaine paroissent d'abord exacte-
ment semblables l'un à l'autre; ils ont même pose, même
hauteur ; ils sont formés de la même substance , qui est

3*
loading ...