Institut Français d'Archéologie Orientale <al-Qāhira> [Editor]; Mission Archéologique Française <al-Qāhira> [Editor]
Recueil de travaux relatifs à la philologie et à l'archéologie égyptiennes et assyriennes: pour servir de bullletin à la Mission Française du Caire — 11.1889

Page: 117
DOI issue: DOI article: DOI Page: Citation link: 
https://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/rectrav1889/0127
License: Free access  - all rights reserved Use / Order
0.5
1 cm
facsimile
RECUEIL

DE TRAVAUX RELATIFS A LA PHILOLOGIE ET A L'ARCHÉOLOGIE
ÉGYPTIENNES ET ASSYRIENNES.

~ --s^-O-O-

Vol. XI Fascicules III et IY.

Contenu : 1) Le verbe gP»^ et ses dérivés, par Victor Lorbt. — 2) Notes de voyage, par U. Bouriant. — 3) Révision des

textes de la stèle de C'halouf, par G. Daeessy. — 4) Les textes cunéiformes de la collection de M. Sarzec transcrits,
rétablis en assyrien populaire et traduits par J. Halévy. — 5) Tout-ankb-ameu, tils d'Aménophis III, par Victor

IjORET.

LE VERBE ET SES DÉRIVÉS.

pau

Victor Loret.

S'il est un mot égyptien dont la présence dans un texte ait pour effet d'embarrasser
le traducteur et de déconcerter sa sagacité, c'est bien certainement le verbe S3>. Aussi
n'est-il pas un mot auquel on ait plus libéralement accordé des significations variées.

Après lui avoir donné d'abord, comme sens radical, celui de scheiden, séparer,1 puis
ceux de sauver, extraire, etc., on eu est arrivé à lui reconnaître, d'un commun accord, le
sens de faire, accomplir, agir sur quelqu'un par parole ou par action.1 Ce sens, on l'avouera,
est bien élastique et peut se prêter, au besoin, à toutes les idées imaginables. Le verbe
^=^, si l'on devait admettre cette manière de voir, signifierait aussi bien tuer que ressusciter,
louer que calomnier, tous ces mots, eu somme, exprimant également un résultat de l'action
°n de la parole sur quelqu'un. Dans le supplément de son Hieroglyphisch-demotisches W'ôrter-
ouch,3 M. H. Buuosch attribue au mot qui nous occupe le sens radical de spalten, schneiden,
"l'schneiden, fendre, couper, retrancher, revenant presque ainsi à l'avis exprimé en 18(j;"> par
M. J. Lieblein. Enfin, M. S. Levi, dans son Vocabidario geroglifico,4 lui donne jusqu'à treize
sens différents, sens bariolés et contradictoires tirés de traductions dont les auteurs ne s'atten-
daient probablement pas à se voir pris un jour au pied de la lettre et cités dans un registre
très consciencieux, en un pêle-mêle un peu hétéroclite et déroutant. Je crois donc qu'il est
utile d'étudier ce mot à nouveau et de procéder méthodiquement dans celte étude.

I.

Le meilleur moyen que nous ayons de retrouver le sens premier d'une racine me
paraît être de reprendre pour notre propre compte le raisonnement que durent se tenir les
Mventeurs de l'écriture hiéroglyphique.

1) .J. Lieblein, Zeitschr. 18U5, pp. 79 et sqq.

2) 1'. Pdsbbet, Voc. hiérçgL, pp. 594—595.

3) Vol. Vil, pp. 1213-1214.

4) Vol. IV, pp. 235-236.

Iïecueil, XI. 11!
loading ...