Universitätsbibliothek HeidelbergUniversitätsbibliothek Heidelberg
Metadaten

Institut Français d'Archéologie Orientale <al-Qāhira> [Editor]; Mission Archéologique Française <al-Qāhira> [Editor]
Recueil de travaux relatifs à la philologie et à l'archéologie égyptiennes et assyriennes: pour servir de bullletin à la Mission Française du Caire — 11.1889

DOI issue: DOI article: DOI Page / Citation link: 
https://doi.org/10.11588/diglit.12261#0085
Overview
loading ...
Facsimile
0.5
1 cm
facsimile
Scroll
OCR fulltext
Remarques et notes.

79

REMARQUES ET NOTES.

par

G. Daressy.

Ç & (Suite.)

XV. — Quand j'ai étudié, dans le numéro précédent, la liste géographique du temple
d'Abydos, je n'avais pas le texte de la statue A. 17 du Louvre, qui donne ÇoqIJ

et ^ ^ sont deux localités voisines, ou même Hat-snefru est un sanctuaire dépendant de
la ville de Hefa. Dans ces conditions il est improbable que ces deux localités aient été sur
les rives opposées du Nil. La liste d'Edfou donnant k-=—° = fi q comme chef-lieu du

l . . î\ ô O û aaaaaa © A 1%. ©

district J^^j^^' « s'en SOÎt que Hat-snefru et Hefa étaient sur la rive orientale, tous deux
près de Mehallah. Entre Esneh | (] h ° et Gebelein h <3=<< ^ 0=3 la table d'Abydos ne

donne donc qu'une seule cité ^ ^ © qui puisse être à l'occident, et correspondre à As-
phynis, maintenant Asfoun.

XVI. — La lecture du nom royal ( est encore incertaine par suite de la
polyphonie du premier signe, et on lit ce cartouche soit Sokar-m-sa-f, soit Hen-m-sa-f, formes
qui ne correspondent guère à la transcription grecque MîOij«usi; ou MévBsaoftpiç. Dans la table
d'Abydos on trouve (^L^f^^f^jj et l'oie peut avoir ici la valeur £^ [ j^1]' " se
pourrait que l'épervier perché ait eu une lecture semblable ment. A Abydos, dans la liste
géographique qui fait pendant à la table royale, 2e rangée n° 129 on a V|^J^ '^""l ^ ®-

L'autel circulaire de Turin, qui porte un abrégé de cette liste,2 donne jk- Ibv •
Comme les noms géographiques fournis par ces monuments forment souvent des allitérations
ou sont même la répétition du vocable de la divinité qui réside dans la localité, je serais
tenté de lire Ment' dans Ment', et appliquant cette nouvelle valeur ^ = ment' au nom
royal, lire Ment'-m-sa-f les cartouches des successeurs des Pepi de la VIe dynastie.

XVII. — On sait que les matériaux du temple d'Héliopolis ont servi à construire les
anciens monuments du Caire, détruits à leur tour. Dans les vieux quartiers de cette ville
j'ai relevé sur des bornes, des seuils de portes, un certain nombre d'inscriptions, malheu-
reusement insignifiantes au point de vue du texte, mais qui permettent de dresser une liste
des rois qui avaient travaillé à ce temple : Usurtesen Ier, Amen-m-ha II, Thotmes III, Amen-
liotep III, Khu-n-aten, Horus, Séti I"r, Ramsès H, Menephtah, Ramsès III, Eamsès IV, Psa-
métik II et Ncctanébo Ier.

XVIII. — Depuis la publication par Maiuette (Mon. div., pl. 49) de la stèle du roi
Antef, on parle des quatre chiens de ce roi; c'est cinq qu'il faut dire, car le graveur a
oublié d'en reproduire un derrière le pharaon, au-dessous du petit personnage. Il a été
martelé, mais les traces en sont bien visibles. On a donc :

1) Sur le montant de droite le nom d'Ammon est remplacé par celui de la déesse ^CaIa^ÎJ,

2) Transactions of (lie Society of bihl. arch. 1874.
 
Annotationen