Institut Français d'Archéologie Orientale <al-Qāhira> [Editor]; Mission Archéologique Française <al-Qāhira> [Editor]
Recueil de travaux relatifs à la philologie et à l'archéologie égyptiennes et assyriennes: pour servir de bullletin à la Mission Française du Caire — 37.1915

Page: 41
DOI issue: DOI article: DOI Page: Citation link: 
https://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/rectrav1915/0047
License: Free access  - all rights reserved Use / Order
0.5
1 cm
facsimile
LES INSCRIPTIONS DE SAINT-SIMÉON

41

LES INSCRIPTIONS DE SAINT-SIMÉON

par

Jean Clédat

En 1903, je fus chargé par le Comité de l'Art arabe de relever les peintures du
couvent de Saint-Siméon, mieux connu des indigènes sous le nom de Deir-el-Hadra, à
Assouan. Je profitai de mon séjour pour rèvoir les inscriptions copiées et publiées par
M. de Morgan1. Pendant ce temps, j'achevai le déblayement de l'église, dont une partie
seulement avait été dégagée des matériaux et des terres qui l'encombraient, afin de
permettre l'étude des peintures de l'abside est.

Ce dernier travail eut un résultat assez heureux et inattendu. Non seulement le
déblayement donnait un plan complet de l'édifice, mais il apportait encore un certain
nombre de stèles funéraires, que j'ai eu l'occasion de publier il y a déjà quelques an-
nées2, avec quantité de graffiti tracés dans la partie inférieure des parois de murailles;
quelques-uns d'entre eux sont d'une fort belle onciale, rappelant l'écriture des manu-
scrits soignés; d'autres sont d'un grand intérêt historique par le contenu du texte.

En outre, la revision des inscriptions publiées par M. de Morgan m'oblige à les
reproduire de nouveau. Dans mes recherches, j'ai eu l'occasion de relever un certain
nombre d'inscriptions qui ont échappé à M. de Morgan, et, sur certains points, j'ai
complété quelques-unes d'entre elles. Dans ce travail, j'ai cru utile de désigner par
des lettres le lieu approximatif où elles ont été copiées, Certaines pourraient être
revues avantageusement; la lecture est souvent très difficile, tant elles sont effacées, et
plus d'une n'est visible que sous un certain angle ou sous un certain éclairage. J'ajoute,
pour l'indication des nouvelles inscriptions, un plan de l'église d'après mes travaux.
On verra qu'il diffère, sur quelques points, du plan qui a été récemment publié par
Somers Clarke3. Deux portes latérales seulement, et non trois, donnaient accès dans
l'église; il faut supprimer l'ouverture centrale,.qui n'est, selon moi, qu'une large brèche
faite dans le mur; mes relevés donnent, du côté nord, des piliers carrés, identiques et
disposés à intervalles égaux, enfin, la distribution des consoles supportant les arcs de
voûtes des bas-côtés est totalement différente.

I. Cette salle, par laquelle on pénètre actuellement dans l'église, grâce à une
brèche faite dans la muraille est, a donné un certain nombre d'inscriptions peintes ou
gravées dans l'enduit, malheureusement, mal conservées et difficiles à lire.

Paroi ouest. — Au-dessus de la porte, on peut voir les restes de deux inscrip-
tions, peintes en rouge; l'une, qui était assez longue, n'a plus que quelques caractères,
l'autre, que je donne, est en assez bon état, malgré les nombreuses lacunes :

1. J. de Morgan, Catalogue des Monuments et Inscriptions antiques, t. I, p. 129-139.

2. Jean Clédat, Notes d'Archéologie copte, dans les Annales du Service des Antiquités, t. IX, p. 224-229.

3. Somers Clarke, Christian Antiquities in the Nile oalley, pl. XXI.

recueil, xxxvii. — troisième sér., t. v. 6
loading ...