Société Française d'Egyptologie [Editor]
Revue de l'Egypte ancienne — 2.1928-1929

Page: 122
DOI article: DOI Page: Citation link: 
https://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/revue_egypte_ancienne1928_1929/0136
License: Free access  - all rights reserved Use / Order
0.5
1 cm
facsimile
122

RAYMOND WEILL.

[2]

r

à Pâques 1914 il rempïace A. Moret, en mission en Egypte, et à partir de Pâques
remplace Paul Guieysse, immobilisé par ia maiadie et qui, six semaines pius tard,
devait s’éteindre. Dès cette première année d’enseignement, Sottas s’occupe d’ouvrir
à ses auditeurs les portes de la paiéographie et de ia langue démotiques, parailè-
lement à l’étude de l’hiéroglyphique et de l’hiératique ( Annuaire 1 g 1 k-1 g 15, p. 112-
113). Sa connaissance personneiie du démotique était déjà déveioppée. Gonfrater-
neliement accueilii par Pierre Jouguet, à i’Institut papyroiogique de Liile, et mis en
possession des grands iots de papyrus dont il devait commencer la publication plus
f.ard, il y trouve i’ohjet de son premier mémoire sur des documents démotiques, qui
paraît dans ie Journal Asiatique en 191/1 (Bibliogrn° 8). Sottas y affirme, aux pre-
mières lignes, ses résolutions de travaiiieur démotisant; évoquant Revillout, décédé
au début de 1918 sans paraître avoir laissé derrière iui aucun successeur actif : cc...ii
n’est pas mauvais que i’on sache dès aujourd’hui, dans ies milieux compétents, en
France comme à l’élranger, que ia plume tombée de ia main d’Eugène Revillout a
été ressaisie par quelqu’un qui regrette de ne l’avoir point connu et admire les
grands résuitats de son long iabeur W... v. G’était se tracer un fier programme; Sottas
y resta fidèle par la suite et sut l’accomplir.

J^e 2 août 191A, Sottas partait en campagne, capitaine de réserve d’infanterie.
Dès le i er septembre, à Guise, i’atteignait une grave blessure dont son organisme ne
put jamais éiiminer compiètement ies effets, et qui d’abord ie réduisit à la condition
d’un maiade durant près de deux ans. Convalescenl, il affirma sa renaissance à i’acti-
vité en produisant un nouveau mémoire, que donna ie Recueil de travaux en 1916
(Bibliogrn° 10); après quoi, chevaiier de ia Légion d’Honneur et décoré de ia Groix
de guerre, ii se vit empioyé de ia manière ia meiiieure à ia Section du chiffre de
l’Etat-Major de i’Armée, au Ministère de ia Guerre, où ii resta, de 1916 à 1918,
jusqu’à ia fm de la campagne.

A l’Ecole des Hautes Etudes, notre Section n avait pas attendu ce terme pour
i’accueiiiir dans ses rangs. G’est en ia séance du conseii du 9 décembre 1917 (An-
nuaire 1 gi8-igig, p. 67) que fut adopté ie rapport concluant à ia désignation d’Henri
Sottas comme successeur de P. Guieysse, décédé ie 19 mai 191A. Sottas fut nommé
par arrêté ministériei du 20 décembre 1918. Ii commença ses cours à ia rentrée de
janvier 1919, qui marque ie début de sa grande période d’activité professorale.
Durant ies quatre premières années, soit jusqu’aux vacances de i’été 1922, on voit

(1) Joumal Asiatique, 11* série, t. III (1914), p. 1 ù 1 -142.
loading ...