L' arte: rivista di storia dell'arte medievale e moderna — 21.1918

Page: r
DOI Page: Citation link: 
https://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/arte1918/0317
License: Free access  - all rights reserved Use / Order
0.5
1 cm
facsimile
CARLO BAUDELAIRE CRITICO D'ARTE

267

05
6

dola dallo studio appassionato e paziente delle inattentif, car l'iiarmonie est sourdc et profonde:

tele del Dclacroix: ma quanti stenteranno a coni- la coulcur, loin de perdre son origmàlité crucile

prenderlo anche cinquanta anni dopo! dans cette science nouvelle et plus complète, est

Infine il Nostro intuisce persino quel che sarà toujours sanguinarie et terriblc d.1
poi la caratteristica generale del quadro irripres- Questo quadro, egli aggiunge, è anche assai ben

sionista: «la coulcur générale des tableaux de disegnato, e perfettamente modellato: merito mag-

Dclacroix participe aussi de la couleur proprc aux gioie, poiché difficilissimo è modellare col colore:

paysages et aux intéricurs orientaux » e « clic la difficoltà è doppia, poiché non si deve modellare

produit une imprcssion analoguc à celle rcssentie con un solo tono, cioè con una specie di stampa,

daris ecs pays intertropicaux, où une immense ma compiere un lavoro spontaneo, improvviso,

diflusion de lumière crée, pour un ccil sensible, complicato, « trouver d'abord la logiquc des om-

malgré l'intcnsité des tons locaux, un resultai bres et de la lumière, cnsuite la jristesse et l'har^

général, quasi crépusculaire a.1 monie du ton: autrement dit, c'est, si l'ombre est

È quella speciale nebbia che, esagerata, formerà verte et une lumière rouge, trouver du premier

il maggior difetto dell'opera degli ultimi impres- coup une harmonie de vert et de rouge, l'un

sionisti; nebbia nella quale si affoga la forma di- obscur, l'autrc lumineux, qui rendent l'cffet d'un

ventata evanescente, impalpabile, e pel restauro objct monochrome et tournant ».2
della quale, nei suoi valori plastici, sorge dopo il Certo il Baudelaire ci avverte che egli non vuol

formalismo del Cczanne la reazione della prima ma- dire che questo quadro, disegnato così bene, lo sia

niera cubista del Picasso. « alla maniera di Raffaello », ma che è disegnato

di una maniero « improntile et spiritucllc ». Que-

. sto genere di disegno ha analogia con quello di

Osserviamo come il Baudelaire fa rivivere in tutti i grandi coloristi, di Rubens per esempio, e

noi alcuni quadri del suo pittore preferito. Della rende perfettamente « le mouvement; la physio-

Madeleine dans le deseri così scrive: « C'est une nomie, le caraclère insaisissable et tremblant de

tète de.femme renverséc dans un cadre très-étroit. la nature, que le dessin de Raphael ne rende

A droit dans le haut, un petit bout de cicl ou de jamais».3

rochcr — quclquc chose de blcu; — Ics yeux Ma il progresso del Delacroix non si arresta, se
de la Madelcine sont fcrmés, la bouche est molle et qualche tempo dopo il Sultano del Marocco cir-
languissantc, Ics cheveux épars. Elle est peinte condato dalla sua guardia e dai suoi ufficiali, fa
jusque par hachurcs cornine beaucoup de peintures dire al Baudelaire che il Delacroix non ha mai mag-
ie M. Delacroix; les tons, loin d'ètre éclatants ou giormente mostrato una più compiuta scienza gc-
intenses, sont très-doux et très modérés: l'aspect ncrale dei suoi mezzi: « Veronése fut-il jamais plus

armonie parfaite... féerique? Fit-on jamais chanter sur une toile de

ì jamais, et dans plus capricieuses mélodies? Un plus prodigieux

rénaissante, c'est- accorci de tons nouveaux, inconnus, délicats,

lais harmoniste ».2 charmants?... Ce tableau est si harmonieux, malgré

e di Marco Aurelio; la splendeur des tons, qu'il en est gris — gris

ant, et prcsent le comme la nature — gris cornine l'atmosphère

nu et voluptueux de l'été, quand le soleil é.tend comme un crépuscule

Ivères amis groupcs de poussicre tremblantc sur chaque objet ».+
es désolées... Cette E su uno degli ultimi quadri Entrata dei Crociati

niparable, il n'y a .'{ Costantinopoli: « Tout y est tumultueux et tran-

ins, ce ne sont que qnille, corame la nuit d'un grand' événement.

e invisibles à l'ceil Lo, ville, "échelonnée derrière les Croisés qui vien-
nent de la traverser, s'allonge avec une presti -
giense vérité. Et toujours ces drapeanx miroitants,
ondoyan.ts, faisant se déroulcr et cloquer leurs
plis lumineux, dans l'atmosphère transparente.

ix, la ligne n'est pas:
taquin peut toujours

CJ ntenir mille autres; et

,, m t ,....... ,, louiours la foule agissantc, inquiete, le tuinulte

5 lJ ■ ;s palpilatioiis elernelles

00 £ I „ 1 1. des armes, la pompe des vètements, la vérité

■55 2 ■ comme dans l'aic-en- ' r

^ ^ *~ ^ I (Curiosités, p. 106).

Ix des sujets à mouve- 1 Curiosités esth., p. 7-8.

■ ntes et noyées ». 2 Curiosités esili., p. 8.

c ^ 3 Curiositég esili., p.

4 Curiosités esth., p. 10-11.
loading ...