La chronique des arts et de la curiosité — 1917(1919)

Seite: 37
DOI Heft: DOI Seite: Zitierlink: 
https://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/cac1917_1919/0041
Lizenz: Freier Zugang - alle Rechte vorbehalten Nutzung / Bestellung
0.5
1 cm
facsimile
N'

— 1917.

BUREAUX : 106, BD SAINT-GERMAIN (6e)

J uiUet-Septembrè.

LA

CHRONIQUE DES ARTS

ET DE LA CURIOSITÉ

SUPPLÉMENT A LA GAZETTE DES BEAUX-ARTS
Les abonnés à la Gazette des Beaux-Arts reçoivent gratuitement La Chronique des Arts et de la Curiosité

Le 3Sr-u.m,éro ; O fr. 5 0

PROPOS DU JOUR

les Pr0^^uies d’après-guerre,
il en est un auquel les sociétés
artistiques ont déjà marqué un
intérêt bien légitime : c’est celui
de la reconstruction des villages dans les ré-
gions dévastées. Il s’agit de rendre leurs foyers
à des régions qui ont grandement souffert de
la violence ennemie ; il s’agit de restituer les
habitations, de recréer les villages, de rendre
à des groupes sociaux le cadre de leur vie
spirituelle et matérielle.

On s’explique l’attention particulière éveil-
lée par une pareille question. Mais dans l’en-
thousiasme généreux du premier moment, il
semble que l’on se soit peu préoccupé encore
de la méthode à suivre. Des sociétés diffé-
rentes et toutes bien intentionnées ont an-
noncé leur désir de s’occuper de la recons-
truction des villages; d’autres se fonderont
demain en vue du même objet. Toutes ces
associations ont un grand zèle et travaille-
ront assurément de leur mieux. Mais leurs
efforts seront dispersés ; elle feront séparé-
ment une œuvre pour laquelle elles se livre-
ront chacune pour leur part à des études et
à des recherches préparatoires; elles opére-
ront côte à côte, et sans collaborer. Il y aurait
au contraire un grand avantage à coordonner
tous ces efforts, à mettre dans l’entreprise
générale de l’ordre et de l’organisation, et
cette unité est facile à atteindre.

Il est très souhaitable, en outre, que ces
Sociétés ainsi groupées gardent leur caractère
d’institutions privées et puissent prendre les
initiatives qu’elles jugeront utiles. Elles se
trouveront placées sous le patronage naturel
de l’Etat, mais elles garderont une certaine li-
berté d’action. En ce qui concerne les recons-
tructions de villages, qui ne voit l’intérêt de
projets suffisamment différents et les inconvé-
nients d’une centralisation excessive? Les ar-
chitectes qui auront la charge de s’en occuper
ne seront pas uniquement les directeurs de

travaux utiles et urgents. Ils auront à accom-
plir une œuvre régionale, qui devra être ac-
cordée aux traditions locales, aux conditions
géographiques et historiques. L’œuvre desre-
con-tructions ne devra pas être une œuvre ad-
ministrative et uniforme. Elle a besoin d’être
entreprise avec souplesse et un sentiment
exact des nécessités matérielles comme des
nuances artistiques. C’est une raison déplus
pour que les différentes sociétés qui ont les
mêmes préoccupations se réunissent, se don-
nent une direction commune, et organisent
d’un commun accord le programme de leurs
travaux.

NOUVELLES

*** Des décrets récents ont classé au
nombre des monuments historiques les im-
meubles nos 1, 4, 8, 15, lü et 20 de la place
des Vosges àParis, les façades et toitures des
immeubles portant les n°s 13, 14 et 15 de la
place de la Bourse à Bordeaux et différentes
parties de la maison dite « de Duguay-
Trouin » à Saint-Malo.

*** Les expositions des œuvres des pein-
tres envoyés en mission aux armées, qui
avaient lieu du Ie' au 25 de chaque mois au
Musée du Luxembourg, ont été suspendues
pendant les mois d’aoùt et de septembre, et
la commission chargée de ces expositions a
décidé qu’ensuite on ne retiendrait de ces
œuvres que les meilleures pour les grouper
en expositions trimestrielles.

Une sous-commission a été nommée en
même temps, qui dressera une liste d’artistes
particulièrement désignés par la nature de
leurs travaux antérieurs pour étudier certains
[joints de la zone des armées et les interpré-
ter dans des œuvres d’un caractère définitif.

*** Le château de la Malmaison est rouvert
depuis le20 juillet. Il a été organisé dans les
salles libres du premier étage, par les soins
du nouveau conservateur, une exposition où
se trouvent groupés des toiles, estampes,
dessins et gravures de toutes sortes qui mon-
loading ...