Cahier, Charles; Martin, Arthur
Mélanges d'archéologie, d'histoire et de littérature (Band 1,1): Collection de mémoires sur l'orfévrerie ... : 1 — Paris, 1849

Seite: 127
DOI Seite: Zitierlink: 
https://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/cahier1849bd1_1/0147
Lizenz: Public Domain Mark Nutzung / Bestellung
0.5
1 cm
facsimile
MONUM ENT S LAVE RELIGIEUX

DU MOYEN AGE.
(PLANCHE XXV.)
I.
CARACTÈRE ET DESTINATION DE CE BAS RELIEE.
Je dois la communication de ce petit bas-relief à M. le comte de Blangy qui m'a fait l'hon-
neur de supposer que je lui en indiquerais la signification; et j'avoue que si j'y suis parvenu,
ce n'a pas été sans quelque peine, ni sans me faire aider pour l'interprétation d'un texte dont
la langue est bien loin de m'être familière. Y reconnaître l'alphabet cyrillien n'était pas le
point difRcile; mais lire avec assurance une inscription où la paléographie slave se compli-
quait de diflicultés historiques et doctrinales, cela dépassait de beaucoup mon savoir. Si bien
que certaines obscurités ne sont pas encore levées entièrement après les conseils dont j'ai tâ-
ché de m'entourer b Les savants de Bohême, de Pologne et de Russie pourront nous trouver
fort osés dans notre tentative : nous avons entièrement réservé leur droit de censure ; et pour
qu'ils fussent plus en mesure de l'exercer, nous avons demandé au procédé Colas une gravure
aussi matériellement fidèle qu'il était possible de l'obtenir. Cette bonne volonté n'a pas été
couronnée d'un grand succès; on nous a dit qu'une reproduction si confuse était due à la forte
saillie du bas-relief et à la sculpture abrupte du modèle dont les entailles étaient poussées
trop carrément. Bref, après quelques retouches au burin, il nous a paru nécessaire d'éclaircir
le chaos de la gravure mécanique en y joignant une simple esquisse qui facilitât l'intelligence
du premier travail.
L'original, dont nous avons conservé la hauteur et la largeur, paraît sculpté dans une pla-
que d'ébène épaisse de quatre à cinq millimètres, où les fonds les plus larges ont été entière-
ment évidés. Le style y est celui de cette basse école byzantine dont les immobiles traditions
exposent à une erreur de cinq ou six siècles celui qui voudrait assigner l'âge d'un monument
* Pour ce qui concerne ie déchiiïrement et i'interprétation avec i'histoire littéraire de sa patrie, m'a prêté un obligeant,
des textes, je ie dois presque entièrement à un ami que je re- concours sans iequei j'aurais certainement été arrêté dès ie
grettede ne pouvoir nommer ici : mais qui, russe et famiiiarisé premier pas.

1$
loading ...