Mariette, Auguste; Maspero, Gaston [Editor]
Le Sérapeum de Memphis (Band 1) — 1882

Page: 70
DOI Page: Citation link: 
https://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/mariette1882bd1/0076
License: Public Domain Mark Use / Order
0.5
1 cm
facsimile
pour demander un navire de guerre. Les quarante et une caisses vérifiées, cachetées,
sont parties pour Alexandrie, voie du Nil. Une occasion s'est présentée, et j'en ai fait
passer huit par le désert. Enfin deux autres ont été confectionnées au Caire, chez
M. Husson, mon correspondant en cette ville. Le navire de guerre, quand il arrivera,
aura donc cinquante-et-une caisses à prendre. Elles sont remisées, en attendant, dans
un des magasins du Consulat général.

Sur ces entrefaites, le moment critique que je redoutais depuis longtemps est
arrivé. Tant bien que mal, Latif-aga a tenu la liste des objets que j'ai découverts
depuis la reprise des travaux au mois de février dernier, ou plutôt, il a confié à sa
mémoire la liste des objets que je voulais bien lui déclarer. Ces objets sont la pro-
priété du gouvernement égyptien qui en exige maintenant la remise. Latif-aga a
réquisitionné une vingtaine de chameaux, qui attendent sur l'emplacement des fouilles.

Les choses se sont passées mieux que je ne l'espérais. Latif-aga s'est montré
conciliant. M. Bonnefoy a livré à peu près ce qu'il a voulu.

I) Les travaux suivent leur cours régulier. Aucun incident n'est à signaler.

Le 2 septembre 1852, j'ai reçu deux nouvelles. La première m'a comblé de joie;
les démarches de M. Nieuwerkerke et de M. de Rougé ont abouti au résultat le

r

plus désiré : le ministère d'Etat met à ma disposition pour la continuation des fouilles
un crédit de cinquante mille francs. C'est avec un vif sentiment de regret que je
reçois l'autre. Depuis deux ans, je n'ai eu avec M. le Moyne que d'excellents rap-
ports, et je n'ai pas besoin de dire qu'en plusieurs circonstances M. le Moyne m'a
sauvé du naufrage. On comprendra donc que la nouvelle du prochain départ de
M. le Moyne, nommé ministre plénipotentiaire à Lima, m'ait quelque peu désorienté.
m) M. Sabatier est arrivé (15 septembre 1852). Il est porteur d'instructions
précises. Stephan-Bey a donné des ordres au Moudyr, qui a donné des ordres au
cheikh de Saqqarah, qui s'est subitement radouci. J'ai quelques fonds à ma dispo-
sition, et les hommes arrivent en nombre suffisant. Nos fouilles me semblent être
entrées dans une phase nouvelle. Nous verrons si cette éclaircie dans un ciel jus-
qu'alors chargé de nuages sera de longue durée.

IX. SÉRAPÉUM. Du 6 septembre 1852 au 24 septembre 1864. — a) Ces deux
années de la dernière période des fouilles se sont écoulées au milieu d'un calme à
peu près parfait. L'ordre vice-royal a été strictement exécuté et nous n'avons plus
à la montagne d'autres fouilleurs que les nôtres. Le cheikh de Saqqarah lui-même

.dam»1'-



con

toute

lib



poiu' r

00

>1'S

3

sommes

Cepen

^novembre 1
juments dé
OUB'enverra

W pour bien
ôiinera concil
itflaconfiscati
jta plus au 1
[ïhàrador »
it égyptien, 1
septembre 18i
donc plus in
Éot ce temps
ittlerata qi

* nous rayon
wons le ten
-fttonte la zc
'"-flnte que î
^recherch
relient ds

^pasencor
fortune,]

* de no

tre
loading ...