Institut Français d'Archéologie Orientale <al-Qāhira> [Editor]; Mission Archéologique Française <al-Qāhira> [Editor]
Recueil de travaux relatifs à la philologie et à l'archéologie égyptiennes et assyriennes: pour servir de bullletin à la Mission Française du Caire — 4.1883

Page: 156
DOI article: DOI article: DOI Page: Citation link: 
https://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/rectrav1883/0162
License: Free access  - all rights reserved Use / Order
0.5
1 cm
facsimile
156 Note complémentaire sur le

« Ne permets pas que les fruits du mal mûrissent dans leurs âmes et dans leurs corps,
remets leur leurs péchés, car tu sais .... (En cet endroit, le manuscrit est tellement mutilé
qu'il est impossible de bien traduire jusqu'au dernier passage où il est parlé vraisemblable-
ment des moyens propres à faire parler les criminels) sur la terre, soit dans un tribunal, soit
par les coups, soit par les gouffres, soit dans les . . . ., soit dans des lieux de réclusion,
soit.........»

(A suivre.)

aaaaaa
aaaaaa

Y

NOTE COMPLEMENTAIRE SUR LE

par

V. loret.

Une petite note de M. Birch, insérée dans la Zeitschrift de 1877 l, vient confirmer d'une
manière assez inattendue la traduction Acorus Calamus L. que j'avais proposée, il y a quelque
temps3, pour le groupe hiéroglyphique

aaaaaa v

Il s'agit des peintures du tombeau de Reyjnara, dont le British Muséum vient d'acquérir
une copie faite avec le plus grand soin.

Entre autres représentations, on y trouve figurées un certain nombre de substances miné-
rales et végétales.

Au sujet de la plante ^Z^Z { , M. Birch écrit : «The ^ is représentée! as a heap

aaaaaa V t u £_x f ^ -

» of red fruit on a stand, although the drawing does not show any particular shape. — amam £

" _ _ aaaaaa ^

» is represented in the same tomb by a heap of red fruit like the preceding. »

Or, précisément, le fruit de l'acore est composé d'une agglomération de petites baies
rouges3 dont l'ensemble présente à peu près la forme d'une fraise très allongée.

Cependant — malgré cette identité de coloration — comme l'acore n'a d'autre utilité
que ses propriétés aromatiques et que ces propriétés ne se trouvent que dans la racine —
je crois que les Égyptiens ont voulu représenter — non pas les fruits de la plante qui n'ont,
que je sache, aucune qualité nutritive — mais ses rhizomes, dont la forme cylindrique, annelée,
et la couleur roussâtre4 ont fort bien pu servir de modèle au peintre décorateur du tombeau
de Reymara.

1) Zeitschrift, 1877, p. 32.

2) Recueil, vol. i, p. 190.

3) Cfr. C. S. Kunth, Enumeratio plantarum, III, pp. 86—87.

4) Cfr. Jacques et Herincq., Manuel général des plantes, IV, 864, et H. Bâillon, Dict. de botan., I, 35.
loading ...