Institut Français d'Archéologie Orientale <al-Qāhira> [Editor]; Mission Archéologique Française <al-Qāhira> [Editor]
Recueil de travaux relatifs à la philologie et à l'archéologie égyptiennes et assyriennes: pour servir de bullletin à la Mission Française du Caire — 4.1883

Page: 89
DOI article: DOI article: DOI Page: Citation link: 
https://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/rectrav1883/0095
License: Free access  - all rights reserved Use / Order
0.5
1 cm
facsimile
Les statuettes funéraires.

89

Der sehone Sarcophag des Bek-en-ren-f in Florenz lâsst statt der Négation im Cap. 72 des

AAAAAA

Todtenbuchs dreimal die Variante auftreten. Im Pap. Nebseni in London ersclieinen fur

}j__, AAAAAA AAAAAA MT\ <-~~> H, ^_ AAAAAA |\ <=-~-> <-—~> I-1

y. die Varianten \\ l ft\_ und w ( ^ HV

O > © WWA fTXS' 1 <-> [z z] AAAAAA 1 0 \ ^-*=._ _

(Naville, l. I. 1873, p. 26), wâlirend ein Ptolemâertext (Dûmichen, l. I. 1870, p. 3) die
Négation ^^jijj] schreibt. Aile dièse Beispiele ergeben fur die Négation eine Aussprache
nen. Der consonantische Anlant derselben wird weiter gezeigt durch die Schreibung des Wortes

AAAAAA

—"^^é, im Pap. Berlin, I, 1. 137 (Maspero, Mél. d'arch., p. 146), des bereits wâhrend des

d AAAAAA ^ ^ A/VSAAA

alten Reiches vorkommenden Eigennamens ^ (_J und der Négation auf dem Sarko-

phage des Psammetich im Vatikan. Endlich ist noch die Variante auf zwei Herzens-

AAAAAA

scarabîien in London zu erwàhnen (Birch, Aegypt. Zeitschr. 1870, p. 74). Aus diesen Beispielen
geht mit Sicherheit hervor, dass die Négation nen, bez. mit Vocalisation nin zu lesen ist.

Neben der Form nen begegnete uns in einem Beispiele bereits die verkiirzte F 01* m AAAAAA.
Dièse tritt auch sonst auf, so in den Papyris E und F zu Liverpool (Goodwin, l. I. 1873, p. 16),
Nebseni (Naville, l. I. 1873, p. 26) und Bulaq Nr. 21 ; auch der Sarkophag des Bek-en-renf
gibt einmal dièse Variante, welche freilich unverhâltnissmâssig seltener ist, als die Schrei-
bung nen.

Aus dem Vorstehenden ergibt sich und dies ist das Résultat unserer Varianten-Zusammen-
stellung, dass die Négation _ru. im Aegyptischen im Allgemeinen nen, bez. nin, zu lesen ist.
Aus dieser Form entwickelte sich eine verkiirzte n, aus welclier ihrerseits das coptische »
abzuleiten sein wird.

Bonn, den 12. Marz 1883.

LES STATUETTES FUNÉRAIRES

du

MUSÉE DE BOULAQ

par

Victor Loret.

Le Musée de Boulaq possède une collection d'environ deux ou trois mille statuettes
funéraires, depuis les luxueuses statues de bronze dont on n'a encore rencontré que deux
ou trois spécimens, jusqu'aux laides et grossières statuettes de porcelaine qu'on trouve par
centaines dans les tombes saïtes de Gizeh. Il m'a semblé que l'étude d'un si grand nombre
de monuments de même nature ne pouvait pas être sans utilité pour la science, et que ces
petites figurines sans importance devaient nous fournir un certain nombre de renseignements
curieux '. Les temples s'écroulent peu à peu, les hypogées sont anéantis par les Arabes, tout
ce qui est calcaire ou albâtre est bientôt changé en chaux; mais les statuettes funéraires,
par leurs dimensions restreintes ou par le peu de valeur de la matière dont elles sont formées
échappent, la plupart du temps, à la destruction. De là l'immense quantité de ces monuments

1) L'arrangement des monuments contenus dans les magasins du Musée n'étant pas encore terminé,
je n'ai pu copier toutes les statuettes funéraires qui y sont comprises. D'un autre côté, il arrive presque
chaque jour à Boulaq des couffes entières de statuettes découvertes à Thèbes, à Abydos ou à Memphis.
Je pourrai donc, plus tard, donner une suite à mon travail en publiant toutes les statuettes nouvelles dont
le Musée se sera enrichi.

12
loading ...