Universitätsbibliothek HeidelbergUniversitätsbibliothek Heidelberg
Metadaten

Institut Français d'Archéologie Orientale <al-Qāhira> [Editor]; Mission Archéologique Française <al-Qāhira> [Editor]
Recueil de travaux relatifs à la philologie et à l'archéologie égyptiennes et assyriennes: pour servir de bullletin à la Mission Française du Caire — 4.1883

DOI article: DOI Page / Citation link: 
https://doi.org/10.11588/diglit.11331#0011
Overview
loading ...
Facsimile
0.5
1 cm
facsimile
Scroll
OCR fulltext
Sur différentes formes des mots dérivés.

5

SUR DIFFERENTE S FORMES DES MOIS DERIVES.

par

E. Lefébtjre.

Les textes thébains des tombes royales présentent certaines particularités, entre autres
l'habitude de mentionner souvent deux fois, et avec variantes, les noms ou les surnoms des
personnages divins. En réunissant à ces exemples d'autres variantes moins directes que four-
nissent les mêmes textes, ou peut grouper des renseignements assez nombreux sur les suffixes
qui servent à tirer de substantifs ou de verbes, des noms d'agent, des ethniques ou des
adjectifs, et qui n'ont le sens passif qu'en des cas assez rares, comme dans ^ 1 a ( ( variante
de ^jlzl\^2 et n"^^\3; masculin, n'^-', féminin, avec la signification de l'immolé, le
supplicié, la suppliciée.

Quelques-uns des noms ou surnoms, dont il s'agit, sont figurés en écriture secrète :
ŒjP y a la valeur —h—, la valeur (, la valeur et ainsi que la valeur

v^. Ces valeurs ont déjà été signalées par MM. Goomvix, Le Page Eenouf et Maspero. En
dehors de l'écriture secrète, il sera encore utile de noter les variantes s=> pour comme
dans j pour -j- ^ 5, et jj pour o ou s=s, comme dans jj 0 pour ^ ou ^

. L'équivalence de \ et de o ou s=> se retrouve dans des

textes analogues à ceux des tombes royales, ainsi le mot $«=|=»o_l, du tombeau de Séti Iers

est écrit j^«=|=>s=r3jj0 dans le passage correspondant, au papyrus publié par M. Lanzone.

Il y a quatre divisions à faire parmi les variantes de noms dérivés que fournissent les
textes des tombes royales :

ou le suffixe est supprimé,

ou il est exprimé par la lettre t,

ou il est exprimé par la lettre i pouvant se réunir au t,

ou il est exprimé par diverses combinaisons que caractérise la présence de la voyelle u.

Suppression du suffixe.

i i i

Quelquefois le suffixe ne s'écrit pas, comme dans (I °^ pour !", dans ' A,

!

i2>dans =tz a p°ur ^=rt il "dans ïni p°ur 11

I !

, mot

cru

pour

analogue à ^\ ° l5, et dans ^ o pour ^ ( [ IG, analogue à fi w>aaa ( ( ^ 17, etc. On

_ZTû> « AAAAAA AAAAAA 11 A II cfLx

remarquera dans les deux derniers exemples le redoublement de la consonne finale, et l'on
rencontrera encore d'autres exemples du même genre, reconnaissables malgré l'absence de

variantes immédiates, comme _ \\1S; le frappeur, au féminin ^z^( [ o \\ 19.

Ces cas de redoublement ne sont ni assez nombreux, ni assez concluants, pour qu'on
puisse y voir avec certitude une manière d'exprimer le suffixe, qui serait propre surtout aux

1) Champollion, Notices, ii, p. 510. — 2) id., p. 593. — 3) id., p. 593. — 4) id. ii, 510. — 5) kl. i,
767. — 6) id. ii, 526 et 597. — 7) id. 594. — 8) id. i, 782. — 9) Lanzone, Le Domicile des Esprits, pl. ii,
2e registre. — 10) Champollion, Notices, i, 782. — 11) Denkniciler, iii, 203, b, 1. 23. — 12) Champollion,
Notices, i, 754. — 13) id. ii, 585. — 14) Benkmdler, iii, 79. — 15) Champollion, Notices, ii, 428. — 16) id.
i, 760. — 17) id. ii, 600. — 18) id. i, 785. — 19) id. 789.
 
Annotationen