Institut Français d'Archéologie Orientale <al-Qāhira> [Hrsg.]; Mission Archéologique Française <al-Qāhira> [Hrsg.]
Recueil de travaux relatifs à la philologie et à l'archéologie égyptiennes et assyriennes: pour servir de bullletin à la Mission Française du Caire — 20.1898

Seite: 162
DOI Heft: DOI Artikel: DOI Seite: Zitierlink: 
https://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/rectrav1898/0177
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen Nutzung / Bestellung
0.5
1 cm
facsimile
162

NOTES PRISES DANS LE DELTA

NOTES PRISES DANS LE DELTA

PAR

George Foucart

§ 3. Shouna Youssef. — Les ruines sont à peu près à égale distance de la station
d'Abou-Shekouk (ligne d'Abou-Kebir à Mansourali) et du poste de Diarb-Nigm, point
central du réseau des irrigations du district. L'accès en était naguère assez malaisé, et
je ne recommanderais à personne de s'y rendre par le chemin d'Abou-Shekouk; encore
moins, durant l'hiver, par la route de Simbellawin. L'achèvement des premières routes
agricoles a facilité beaucoup les explorations de tout ce coin du Delta, et partir de
Zagazig par la route qui mène à Simbellawin est à présent l'itinéraire tout indiqué.
On la quitte au pont de Diarb-Nigm pour obliquer sur la droite; on dépasse les vestiges
(presque totalement détruits aujourd'hui par l'extension des cultures) de Baramkin,
deux heures environ le long des berges du Bahr Kanouchi mènent en vue des coms
anciens, dispersés sur une assez vaste étendue, et auxquels correspondent les noms
modernes cle Swini, Com Abdèh et Sliouna Youssef. Chemin faisant, les méandres
d'une ancienne branche canalisée du Nil, analogues à ceux de Bahr el-Zaghir, et déjà
reconnaissables en amont de Diarb-Nigm1, se distinguent de plus en plus nettement en
ces terrains encore coupés de marais; les contours des berges anciennes, confondues sur
toute une partie de la route avec les bords du canal modernes, s'en écartent cependant
à plusieurs reprises, et, entre Shon Youssef et Tell Abdèh, l'ancien lit se reconnaît fort
distinctement, creusant à travers les terrains marécageux un large sillon bordé de
talus2.

Shouna Youssef, où les vestiges anciens sont de beaucoup les plus nets, ne figure,
à ma connaissance, sur aucune carte publiée à la date de 1895. Les enceintes fortifiées
d'époque ancienne sont cependant plus que rares aujourd'hui dans le Delta, et celle-là
m'a paru mériter le petit plan sommaire que voici :

L'enceinte, rectangulaire, mesure environ
600 mètres de long sur 400 de large. A peu près
* intacte sur les fronts est et sud, elle est fortement
entamée à l'ouest, et souffre à l'angle nord-est
d'une large brèche. Des remaniements successifs
attestent que les vieilles murailles ont rendu de
longs services, et le dispositif des assises infé-

1. Le développement subit de la culture intensive a littéralement effacé du sol, depuis moins de dix ans,
nombre de buttes et de coms anciens, dispersés en cette région, tels que le Coin el-Grit, El-Beradeï, A bou-
Heït, et, ou peu s'en faut, les tertres de Menshieh Shakùara. J'ai donc renoncé à donner une liste de loca-
lités, désormais inutiles à explorer, pour tout ce district. Il n'y a plus qu'à rayer ces noms de la carte, et il
m'a paru utile de le dire ici en passant.

2. Le Kanouchi est le Bar es-Saft de la carie des Domaines, qui prend, à partir d'Abou-Shekouk, le nom
de Bar es-Samn, c'est un affluent de l'ancienne dérivation canalisée du Nil, le Bouhia, dont l'embouchure
est au fond du golfe de Lugget-Masgah, dans le Menzalèh.
loading ...