Universitätsbibliothek HeidelbergUniversitätsbibliothek Heidelberg
Metadaten

Institut Egyptien <al-Qāhira> [Editor]
Bulletin de l'Institut Egyptien — 3.Ser. 4.1893(1894)

DOI issue: DOI article: DOI Page / Citation link: 
https://doi.org/10.11588/diglit.12696#0473

DWork-Logo
Overview
loading ...
Facsimile
0.5
1 cm
facsimile
Scroll
OCR fulltext
— 456 —

On m'a assuré que dans le Soudan le mot « noir » est très-
peu usité dans ce sens, étant remplacé par le mot Jj jî1 qui, ici en
Egypte, signifie « bleu » mais dans le Soudan le mot Jjjl a, égale-
ment, la signification de «. noir » d'où le nom Bahr-el-Azrak, « le
fleuve noir ».

On m'a cité un certain nombre d'exemples du mot Jjj' employé
pour indiquer la couleur noire ; pour n'en citer qu'un en voici qui
est tout d'actualité : récemment ici, au Caire, la Presse arabe s'est
occupée d'un personnage de là-bas nommé coji\ ùl*c, c'est-à-dire
a Othman le Nègre». En somme, il semble bien qu'on doive dire
le fleuve Blanc, le fleuve Noir, et le fleuve le Nil, ou mieux le Nil2.

1 Peut-être la cause en est que le mot « être noir » « noircir » puis « dénigrer, ca-
lomnier etc. « noir... néfaste» (cf. Jj.—1 jL^, etc.) pour éviter les amphibologies entre

les sens du mot que nous venons de voir, on aurait donné, par extension, au mol ijjj' « bleu »
le sens de « noir ».
* Ou bien le « Nil blanc, le Nil noir, et le Nil. »

Quanta l'observation de M. Ventre bey (Bulletin, 1892, p. 2-'.2) que NeTÀoç, contient le diph-
tongue Et « qui, il est vrai, est prononcé i par tous les Grecs modernes ». Cf., d'un côté, l'égyp-
tien Se-il-u et le grec NîiXo; et, de l'autre côté, l'égyptien Xe-il-u et le copte NIIAROOU
par exemple Exode, vm, 1 du copie).

Quant à la prononciation et à la transcription de R et L voy. Jacques de Rouge, Mémoires
sur l'origv.e égyptienne de l'alphabet phénicien, p. 63 et suiv. (cf. Pierret, Dictionnaire d'ar-
chéùlogie égyptienne, p. 29i> cl. p. 302). En démotique, Brugsch, Gramm. § 54, Groff, Les deux
versions démotiques du décret de Canope (textes) p. \ et suiv. En copte, Stern, Koptische Gram-
inalik, § 32, 33 : « Der mittelagyptische und mehr der fayyùmische dialect schreihen fur das P
der andern dialecte gewohnlich \ ». ce qui donnerait lieu peut-être, à réfléchir pour le À du mot
NsTÀo^ et au mot Neilos lui-même? — J'espère revenir sur ces questions en faisant l'histoire
du nom du fleuve d'Egypte chez les Grecs, les Romains, etc.
 
Annotationen