Institut Egyptien <al-Qāhira> [Editor]
Bulletin de l'Institut Egyptien — 3.Ser. 4.1893(1894)

Page: 181
DOI issue: DOI article: DOI Page: Citation link: 
https://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/bie1893/0193
License: Free access  - all rights reserved Use / Order
0.5
1 cm
facsimile
Annexe N° 1 à la séance du 7 Avril 1893.

L'ÉQUILIBRE STATIQUE

CIEÏIEZ FEMME

Le Dr ABBATE PACHA.

Ni le pinceau du peintre, ni le ciseau du statuaire, ni même la
photographie instantanée, ne peuvent égaler le charme que produit
à la vue, à une certaine distance, une fellahine, droite, alerte, et
mouvementée dans ses hanches, escaladant les berges du Nil, tenant
sur sa tête, sans l'appui de ses mains, une énorme ballasse, remplie
d'eau, en parfait équilibre.

Cette scène, indifférente, peut-être pour les uns, éminemment
artistique et étrange pour les autres, nous l'observons ordinairement
partout aux bords des rivières, et se profilant au lointain sur
les couleurs harmonieuses et irisées de ce beau ciel qui éclaire
cette terre uniforme, et pourtant si enchanteresse, de la vallée
d'Egypte.

L'aptitude spéciale aux femmes égyptiennes de porter de très
grands poids sur la tête, ainsi que de maintenir en équilibre des
objets, soit légers, soit lourds, et souvent très lourds, vient-elle de
l'habitude contractée dès la jeunesse, ou d'autre part, d'une certaine
influence d'atavisme, subsistant dans l'organisation inhérente à la
race ?

Quoique cette habitude soit partout commune aux femmes des
campagnes et des rivières en général, elle est particulièrement
et d'une manière surprenante très remarquable chez les femmes
arabes. Cette habitude aurait-elle un rapport avec une parfaite
constitution de la charpente osseuse et au développement régulier
des muscles?
loading ...