Blouet, Abel [Editor]; Ravoisié, Amable [Editor]
Expedition scientifique de Morée: ordonnée par le Gouvernement Français ; Architecture, Sculptures, Inscriptions et Vues du Péloponèse, des Cyclades et de l'Attique (Band 2) — Paris, 1833

Page: 5
DOI Page: Citation link: 
https://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/blouet1833/0016
License: Public Domain Mark Use / Order
0.5
1 cm
facsimile
(5 )

ROUTE DE PHIGALIE AU TEMPLE D'APOLLON ÉPICURIUS.

En se dirigeant vers l'est de Paulitza pour se rendre à Bassœ, où se trouve le temple d'Apollon , la
route que l'on suit est très-difficile à cause des ravins et des montées rapides qu'on y rencontre.

Des pierres formant soubassement, et posées comme celles des temples d'Olympie et de Bassce,
un fragment d'architrave qui n'est plus en place, et d'autres débris de constructions antiques qui se
trouvent avant le village de Tragogé, nous ont fait reconnaître que là avait existé un temple, et que
par conséquent ces ruines n'étaient pas celles d'un réservoir, comme le prétendent les habitants, ni des
bains, comme le croit M. Gell. A peu de distance de là est Tragogé, dans une situation très-pittoresque.
Ce village, dont les habitations sont dispersées, est traversé par un torrent que l'on passe sur un petit
pont ombragé par des platanes, et près duquel sont une cascade et des rochers d'un bel aspect.
Après le village, en continuant à monter par un chemin rocailleux, on rencontre une fontaine, puis plus
loin, dans une petite vallée riante et ombragée de chênes, une autre fontaine, qui est probablement
celle du mont Cotylius indiquée par Pausanias, puisque, comme il le dit, les eaux qui en sortent se
perdent sous terre à peu de distance. Au fond de la vallée est une montée assez rapide, sur le haut de
laquelle se voit le temple d'Apollon Épicurius.

Au nord-ouest du temple, à environ i o minutes, sur un plateau plus élevé, et qui forme presque la
cime du mont, l'on trouve des débris de constructions auxquelles on ne peut assigner d'époque; mais
à l'entrée de la plate-forme sont plusieurs grandes pierres taillées, lesquelles doivent avoir appartenu à
un monument antique, peut-être au temple de Vénus dont parle Pausanias, et qui, de son temps, n'était
pas couvert '.

ROUTE PAR DISTANCE DE PHIGALIE AU TEMPLE D APOLLOK.

En partant de Paulitza, à 6 minutes, !a muraille antique et une source. A 4 m. ruine d'une chapelle. A 20 m. une montée. A iB
m. construction antique. A i5 m. village de Tragogé. A 8 m. un torrent, pont et cascade. A 12 ni. chapelle et autre partie du village.
A 8 m. montée escarpée. A 3l m. fontaine. A 39 m. autre fontaine dans une vallée. A 6 m. montée difficile. A 4 m. le temple.

Total de la route, 2 heures 38 minutes.

Les restes du temple de Vénus sont à 10 minutes au nord-ouest du temple.

On peut éviter la montée de Tragogé en laissant à droite le village, pour tourner sur la crête de la
montagne qui conduit au temple; mais ce chemin est presque aussi mauvais et est beaucoup plus long.

1 Pausan., liv. YIII, chap. sli.

TEMPLE D'APOLLON ÉPICURIUS A BASS.E.

Bien que la distance de Phigalie au temple ne s'accorde pas parfaitement avec celle de 4° stades indi-
quée par Pausanias, et que ce monument ne soit pas tout en marbre, comme il le dit encore, il est ce-
pendant bien incontestable que ce temple est celui qu'il désigne sous le nom d'Apollon Épicurius : situé
à 1 heures et demie de marche, à l'est de la ville, presque sur le sommet boisé du mont Cotylius, et au-
dessus d'une petite vallée dans laquelle se trouve la fontaine dont parle le voyageur grec, il domine
par sa position élevée presque toute la partie méridionale du Péloponèse. Au-dessous est la Néda,
au bord de laquelle se trouvent les ruines dira, la première Messène ; plus loin le mont Ithome,
la Messène d'Épaminondas, et dans le fond, le golfe de Coron (Colonides), bordé à droite par les côtes
de la Messénie, et à gauche par les hautes montagnes duTaygète, qui forment de ce côté les limites de
la Laconie.

Pausanias nous apprend que ce temple que l'on admirait le plus, après celui deTégée, pour la beauté
du marbre et l'harmonie des proportions, a été construit par Ictinus, l'architecte du Parthénon d'A-

3
loading ...