Blouet, Abel [Editor]; Ravoisié, Amable [Editor]
Expedition scientifique de Morée: ordonnée par le Gouvernement Français ; Architecture, Sculptures, Inscriptions et Vues du Péloponèse, des Cyclades et de l'Attique (Band 2) — Paris, 1833

Page: 43
Citation link: 
https://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/blouet1833/0087
License: Public Domain Mark Use / Order
0.5
1 cm
facsimile
• (43)

ROUTE DE SAINT-GEORGES (LYCOSURE) A SINANO (MÉGALOPOLIS).

Après avoir descendu le mamelon sur lequel est Saint-Georges, on passe, en se dirigeant à l'est, sur
des coteaux couverts de chênes. On entre ensuite dans une belle vallée cultivée, qui longe une petite
rivière que l'on traverse; et après avoir rencontré l'Alphée, on arrive au village d'Aïas Bey, situé
au milieu de plaines renommées autrefois pour leurs beaux pâturages. C'est à peu de distance de ce
village que l'on trouve celui de Sinano, qui occupe, dit-on, l'emplacement d'une partie de la ville de
Mégalopolis, quoique cependant il soit à une assez grande distance de la vallée de l'Hélisson, où sont
encore les ruines considérables de cette ancienne capitale de l'Arcadie.

M. Poirot, qui était resté à Olympie pour faire enlever les sculptures trouvées dans les fouilles du
temple, est venu nous joindre à Mégalopolis, en passant par Lala, le fleuve Erymanthe et le Ladon, le
village de Renisi, la ville de Dimitzana et celle de Caritène. Il arriva à Mégalopolis le i" juillet, jour
où nous terminions nos opérations dans cette dernière ville.

SINANO (MEGALOPOLIS).

A notre arrivée à Sinano, nous plantâmes nos tentes au pied d'un magnifique cyprès , le seul qu'il y
ait dans la plaine, le seul qui s'élève comme un obélisque pour indiquer au voyageur que près de là se
trouve la patrie de Philopœmen '.

La nuit arriva bientôt : elle nous fut annoncée par les cris multipliés et monotones des éperviers et
des hiboux, qui, depuis une suite d'années, ont fait leur demeure de cet arbre antique.

Il fallut donc modérer notre impatience et attendre jusqu'au lendemain pour aller fouler à nos pieds
la terre de cette vieille cité.

MÉGALOPOLIS.

Cette ville, fondée par Épaminondas peu de temps après la bataille de Leuctres ' (environ 371 ans
avant Jésus-Christ), était devenue la capitale de l'Arcadie; elle est située de la manière la plus heureuse
sous le rapport des avantages agricoles dont elle devait jouir : en cela elle diffère totalement de la plus
grande partie des villes antiques du second ordre, qui le plus ordinairement sont placées sur des rochers
à pic, ou sur des versants de montagnes dont l'accès est toujours difficile.

Mégalopolis est placée au milieu d'une plaine vaste et fertile, protégée par un horizon de montagnes
sur le penchant desquelles se trouvent de nombreuses forêts de chênes.

Son emplacement est partagé par l'Hélisson, petit fleuve qui coule de l'est à l'ouest, et va se jeter à
quelques milles de là dans l'Alphée.

Cette ville fut entièrement rasée par les armes de Cléomène, fils de Léonidas, qui régnait à Sparte, et
réédifiée peu de temps après, lorsque les Mégalopolitains, qui s'étaient réfugiés en Messénie, y rentrèrent
sous le commandement de Philopœmen 3.

Comment croire, au premier aspect, que cette ville renfermait tant de beaux monuments ? aucune ruine
importante ne sort de terre ; un vaste théâtre a seul résisté aux ravages des temps.

*DISTAHCE DE SAINT-GEORGLS A SINAïïO.

A 10 minutes forêt de chênes sur les coteaux. A 17 m. un vallon cultivé. A 45 m. on traverse une rivière, puis une vallée couverte de
poiriers sauvages. A 18 m. on traverse l'Alphée. A a5 m. le village d'Aiasbey. A 22 m. champs plantés de vignes. A 12 m. église de Sinano.
Distance totale : 2 heures, 29 minutes.

■ Voyez Plutarque, Pausanias. • 3 Pausa" > "»■ VI«-

■ C'est à cette époque qu'Épaminondas fit son expédition en La-
conie et fonda aussi la ville de Messène. (Pausanias.)
loading ...