Blouet, Abel [Editor]; Ravoisié, Amable [Editor]
Expedition scientifique de Morée: ordonnée par le Gouvernement Français ; Architecture, Sculptures, Inscriptions et Vues du Péloponèse, des Cyclades et de l'Attique (Band 2) — Paris, 1833

Page: 40
DOI Page: Citation link: 
https://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/blouet1833/0083
License: Public Domain Mark Use / Order
0.5
1 cm
facsimile
( 4o )

ROUTE DE KACOLETRI (IRA) A SAINT-GEORGES (LYCOSURE).

Ea route de Lycosure est à l'est de Kacoletri ; après avoir traversé les débris de constructions modernes
que nous venons d'indiquer sur l'emplacement que nous supposons être celui d'une partie de la ville
antique, on gravit avec grande difficulté pour arriver au sommet du Tétrage; de là on découvre derrière
soi, à l'ouest, toute la vallée de la Néda jusqu'à la mer Ionienne; au sud, le mont Ithôme, le golfe et les
montagnes de Messénie, le mont Taygète jusqu'au cap Ténare; et au nord-est toute la partie supérieure
de l'Arcadie. Un beau soleil de juin, en éclairant de ses derniers rayons le magnifique panorama qui
se déroulait devant nos yeux, imprima dans nos souvenirs des traces qui ne peuvent s'effacer. Le sommet
du mont Tétrage est aride : on y rencontre cependant quelques chênes et un peu de culture aux environs
du village d'Isari, que nous vîmes en ruine et qui est sur le versant du mont, du côté de Mégalopolis.
On découvre de ce village , où nous passâmes la nuit, tout le pays compris entre l'Ëlide et la Messénie.
En redescendant à l'est, vers Lycosure, le pays qu'on traverse est coupé par quelques ruisseaux qui
coulent dans des vallées boisées, et c'est au milieu d'une riche campagne que se trouvent, sur une colline,
les ruines de Lycosure*.

LYCOSURE.

Lycosure est, suivant Pausanias, la plus ancienne ville connue, et celle de qui les hommes ont appris
l'art, de construire des villes. Elle fut bâtie sur le mont Lycée par Lycaon,fils de Pelasge. M. Dodwell,
qui paraît être le premier des voyageurs modernes qui ait parlé de ses ruines, y a vu ce que nous
indiquons nous-mêmes. L'acropole est située sur une montagne dont le côté ouest est formé par des
rochers à pic inaccessibles. L'enceinte, dont on retrouve une grande partie, est d'une construction qui a
de l'analogie avec celle de Samicum, que nous avons donnée planche 54 du premier volume, mais elle
est beaucoup plus ruinée; elle ressemble aussi à quelques parties des murs de Tyrinthe, quoique les
pierres soient d'une moins grande dimension. Au milieu de l'enceinte est une chapelle dans laquelle sont
plusieurs fragments de colonnes et un pied d'autel antique. En redescendant par le côté sud de l'acropole,
où devait être la porte, on rencontre les ruines d'un petit temple dont les détails offrent quelques
particularités. Dans la plaine, entre la rivière et la montagne, est une autre ruine de chapelle, où se
trouvent aussi des fragments antiques. A l'est de l'acropole, et à une certaine distance de ses murs, sur
un mamelon hérissé de rochers, est une troisième chapelle, dans laquelle on voit encore des débris
antiques, qui sont sans doute les restes d'un temple qui a dû exister dans ce lieu remarquable par sa
position, et que l'on croit avoir été consacré à Apollon. La chapelle est dédiée à saint Georges, et c'est le
nom moderne de Lycosure. Au nord de ce mamelon sont les restes de murailles qui enveloppent un
plateau où pouvait être une partie de la ville, qui devait s'étendre dans la plaine qui environne l'acropole
et le mamelon où est la chapelle. Au nord, coule la rivière Stalla, probablement l'ancien Plataniston.

* DISTANCE DE KACOLETRI A SAIÏÏT-GEORGES.

De Kacoletri, à 27 minutes, après des ruines modernes, une chapelle où sont quelques pierres antiques. A 76 m. sommet du mont
Tétrage. A 37 m. une source. A 71 m. le village d'Isari. A a3 m. un ruisseau. A 19 m. une chapelle dans une plaine entourée de coteaux
boisés. A 38 m. un ruisseau. A 17 m. St.-Georges (Lycosure).

Distance totale : 5 heures, 8 minutes.
loading ...