Société de l'Histoire de l'Art Français [Editor]
Bulletin de la Société de l'Histoire de l'Art Français — 1924

Page: 206
DOI issue: DOI article: DOI Page: Citation link: 
https://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/bshaf1924/0228
License: Free access  - all rights reserved Use / Order
0.5
1 cm
facsimile
— 20Ô —

Mme [a baronne L. Seillière; M. Vitry; Watel-De-
haynin.

Excusé : M. Roger Sandoz.

La première maison royale de Trianon.

(Communication de M. Robert Danis.)

Après les travaux de M. de Nolhac sur Trianon et les
recherches de de Belevitch-Stankevitch sur le goût
chinois en France sous Louis XIV, l’étude qui va suivre
est celle d’un architecte préoccupé de résoudre un pro-
blème de topographie et de construction, sa curiosité
n’étant satisfaite ni par les descriptions des contempo-
rains de cette maison royale, ni par les anciennes es-
tampes qui la représentent.

Quand en 1670 Louis XIV, qui faisait agrandir le châ-
teau de Versailles, décida de bâtir à Trianon, il voulut
une construction au goût du jour, c’est-à-dire à la chi-
noise, et c’est Louis Le Vau, son premier architecte, qui,
après avoir été celui de Fouquet à Vaux-le-Vicomte, après
avoir bâti les nouvelles façades du Louvre, le collège des
Quatre-Nations, l’hôtel Lambert, etc., fut chargé, en
même temps qu’il dirigeait les agrandissements du châ-
teau, d’élever la nouvelle maison royale.

Dans les œuvres de Louis Le Vau, nous retrouvons par
moment l’influence italienne, et, pour le premier Trianon,
l’analogie du plan avec celui de la villa Pia est curieuse,
les bâtiments étant groupés, comme à la villa des jardins
du Vatican, autour d’une cour ovale.

L’architecture en est simple, mais pour répondre aux
désirs du roi l’architecte, qui a surtout retenu les des-
criptions des toitures chinoises, portera tout son effort
sur l’effet décoratif de la couverture, dont il étudiera soi-
gneusement le profil et la disposition des différents maté-
riaux. Cette alliance de deux arts si opposés nous paraît
paradoxale; il est cependant très intéressant de constater
que pour obéir au roi, à défaut d’une documentation
exacte, Louis Le Vau, ayant à composer un style fantai-
loading ...