Gazette des beaux-arts: la doyenne des revues d'art — 3. Pér. 36.1906

Page: 407
DOI issue: DOI article: DOI Page: Citation link: 
https://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/gba1906_2/0432
License: Free access  - all rights reserved Use / Order
0.5
1 cm
facsimile
UN VITRAIL PROFANE DU XVe SIÈCLE

Rien n’est plus rare,
dans l’ancien art français,
que les vitraux profanes.
Pas un de ceux qui ont
décoré, au xivc et au
xve siècle, les fenêtres
des châteaux et des hô-
tels n’est demeuré jusqu’à
nos jours scellé à la croix
des meneaux.C’estàpeine
si les multiples causes de
destruction qui menacent
les demeures bourgeoises
et les résidences princier
res ont épargné quelque
verrière de chapelle privée, où le maître du logis n’est peint qu’en
donateur, aux pieds des saints. Aussi peut-on présenter comme une
pièce à peu près unique un petit vitrail du xv° siècle qui représente un
seigneur et une dame jouant aux échecs dans une salle de leur habita-
tion. Ce vitrail se trouvait au xvne siècle dans l’une des fenêtres d’un
hôtel de Villefranche-sur-Saône, la capitale du Beaujolais ; il resta sans
doute à sa place primitive jusqu’aux environs de 1840. Alors la rue
Nationale, sur laquelle se trouvait l’hôtel, fut élargie d’un bout à
l’autre et l’hôtel rebâti sur le nouvel alignement avec la plupart des
matériaux anciens. Sa porte d’entrée est encore surmontée d’armoi-
ries sculptées dans la pierre dure, non sans vigueur et sans fierté;
l écu, flanqué d’un lion et d’un griffon et qui a pour cimier un casque
de chevalier sommé d’une tète de loup, est celui de la famille de la
Bessée : fascé de gueules et d’argent de six pièces, au lion d’argent
brochant sur le tout. Quant au vitrail, il n’est plus à Villefranche.

ARMES DE RA FAMILLE DE LA BESSÉE
(Sculpture à l’hôtel de la Bessée, Villefranche-sur-Saônc.)
loading ...