Revue égyptologique — 5.1887/​88

Page: 77
DOI issue: DOI article: DOI Page: Citation link: 
https://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/revue_egyptologique1888/0087
License: Free access  - all rights reserved Use / Order
0.5
1 cm
facsimile
Une page de l'histoire de la Nubie.

77

«A Isis qui repose avec eux! Que je béuisse devant toi, étant prosterné vers toi, cou-
ronne en tête. Sauve par des chants divins ma bouche de la destruction. Je te crains. Je
» loue ta force. Écoute mes prières, ô régente du monde de l'étranger. Ouvre-moi, quand tous
»les dieux, que tu fais aller en ta face, se prosternent devant toi et se réjouissent de la
» voir. Écoute mes requêtes, ô toi qui es toujours ma dame, ô Isis ! Donne-moi de soumettre
» l'hostilité de mes frères aînés. Accorde-moi de chanter devant toi victoire et triomphe sur
«l'orgueil suprême des rois. Moi, ton serviteur, je te sers de tout mon cœur. Écoute les prières
»de ceux qui ont atteint l'Abbaton, de ceux qui ont navigué vers celle qui donne la force,
»la régente. Elle (me) donnera son ennemi par l'amour qu'elle a de moi.

« Ils se sont révoltés contre moi, en l'an 7, de Sévère Alexandre. ' Le roi des habitants
» de Nubie, Hornextatef, ordonna ma venue vers Isis. Nous avons fait la dédicace de l'année
Ȉ Isis de l'Abbaton par un service nouveau. Nous l'avons2 fait sortir de l'Abbaton au nom
»des rois de nos Nubiens.

«Les étoiles ont dit la vérité sur nous!

«A écrit Psensopti, fils d'Ubas.

«Que le soleil, la lune et pseptnaan/.u3 (Sothis) donnent force éternelle de vie à l'É-
» thiopie! ^»

Nous voyons que les étoiles, si bien connues d'Horne/.tatef, avaient annonce l'accession
au trône de leur fidèle sectateur et sans doute aussi celle de son fils cadet Uikeri.

Il est curieux de constater combien l'analogie entre Hornextatef et David se poursuit
dans les détails. Ces deux pieux artistes, devenus les favoris1 de leurs prédécesseurs, puis
parvenus au souverain pouvoir, ont senti également le désir d'en déposséder leurs fils aînés.
Uikeri est le Salomon du nouveau David et il a déployé aussi beaucoup d'ardeur dans ses
luttes contre ses frères. Malheureusement nous ne savons pas quelle a été l'issue de cette
guerre, mise sous les auspices de la grande déesse Isis par un devôt pèlerinage. Nous con-
naissons seulement, par l'inscription n° 20 de M. Lepsius, le nom d'un de ces frères ennemis;
Pasan, fils d'Horne/tatef, qui fait une adoration à Isis au nom de sa mère Tsetésé, fille d'un
basilicograminate d'Ethiopie j t^pX] °x ; On vo^ Par ce texte qu'IIorne/Jatef était sans
doute arrivé au ministère en épousant la fille de son prédécesseur (dont il eut Pasan), de
même qu'il arriva à la royauté en épousant une princesse (dont il eut Uikeri). Mais si ces
deux femmes furent eu partie cause de sa fortune, elles furent aussi cause des rivalités de
famille, qui troublèrent ses derniers jours.

1 L'inscription n° 59 de M. Lepsius, rédigée par un prêtre d'Isis nommé Pakemi au nom d'un certain
Emhatf (qui a fait faire beaucoup d'autres proscynémes), est de ce même an 7 de Sévère Alexandre.

2 II s'agit de la déesse que l'on emmenait chaque année en Nubie. Ce voyage sacré annuel s'appelait
en nubien linat'ep, ainsi que nous l'avons vu par l'inscription de Xemi. Quant à l'expression t'ipeire «faire
sortir» (avec le déterminatif de l'eau) elle est également appliquée à Isis dans le n" 156 (de Dakkeh),
relative à une semblable panégyrie et aux fêtes données à cette occasion à Philée « au nom du roi de nos
T'ihimti» par les ordres du ministre Jlentu.

3 Voir pour cette expression l'inscription précédente. Il paraît que l'étoile Sothis s'appelait sept-na-
anxu aussi bien que sepet. Lit lecture Q ker (mot auquel M. Naville donne le sens de sphère)
serait aussi possible pour ~|. Mais nous préférons y voir la lèvre (sept), ^-\.

4 Et les gendres. Le fait est du moins certain pour David, qui épousa une des filles de Saul, et il
paraît probable pour Horne/tatef, qui épousa aussi une princesse.
loading ...