Revue égyptologique — 5.1887/​88

Page: 72
DOI issue: DOI article: DOI article: DOI Page: Citation link: 
https://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/revue_egyptologique1888/0082
License: Free access  - all rights reserved Use / Order
0.5
1 cm
facsimile
72

Ch. Wessely.

etc., dans un autre contrat de la même collection de l'archiduc Kainer : y.paxecv y.at xupieueiv
■/.ai eÇouciav £/siv touto Stoixeiv oixovopieiv eittxeXètv zept auxwv (SeXxtouv, etc. xapTOuaôai '/.ai ^podooeuea-
6at eviauffiojç . . . /.ai xavxaxpaxxeiv 7ï£p: auxcov.

Voilà les abréviations de notre contrat :
wpeejîi = ïrpeffPuxépou

eTTeYPaf-t*XE = èYYeYpa^évKjv
xpoY£YPatWE = •ÂpoYEYpap.jjiva

TtpOVj = 7tpOVéï)toç

itpox/ = upsxsfcat.

Il y a encore beaucoup de fautes d'orthographe et de grammaire dans ce contrat.
L'écrivain ayant écrit èv xéraj) xXï)pë (id est xXvfaou) fut égaré par cette écriture et employa
encore une fois erronément ce mot xXijpS (y.X^pou) après vôxoo, etc., tandis qu'il fallait écrire
vcxou y.Xîjpoç, etc.

Ailleurs il a erronément écrit xX^pcu xXijpov6|Mtç -scoup TCpec(3(ux£pGu) pour y.Xv)pov6|j.o)v, tandis
qu'il a écrit sans faute plus loin xXijpou j/.]apiavou.

La phrase Koo-jj.Sç y.aî xyjv aùxou ptYjxépa Mapi'a et AùpïjX'.oç Kocr^aç.....y.a; xyjv «utôû

l*y]Tépa OuYâf^p Mco-rçaT;? est pleine de fautes : il faudrait Kocp.aç -/.a! ?j aùxou ^xvjp Mapîa ; la même
faute est dans la suite nj rcptanevi] xupa au lieu de xyjv xptapivrçv xùpav (y.ûpav au lieu de xopi'av,
voir le xupoç pour -/.uptoç).

Les mots xapà coî et roxpà coi xv) eoYevê<jx<£n] y.ûpa KaX-?j sont pour ratpà cou et rcapà aou xïjç
eÙYsveoxccnjç xùpaç KaX9jç.

cxyj/i est pour gtoi/sÏ, èicetx'eXéîv au lieu d'&itiTsXeïv, Trpaci au lieu de ftoâae!, Mwïjghjç au lieu
de MwÛoyiç ou Mwjssmç. Ce sont des fautes de iotacisme.

sX'aifçatisv est peut-être une forme mixte de eiXvjipaïA'çv et èXâ{5o|i,ev

Voilà une belle liste de fautes.

(La suite prochainement.)

UNE PAGE DE L'HISTOIRE DE LA NUBIE.

(Fin.)

Ainsi que nous l'avons dit dans notre mémoire sur les Blemmyes (publié par l'Aca-
démie des Inscriptions, il y a 15 ans) les premiers documents relatifs à ce peuple, qui devint
le rival de Eome dans l'Asie orientale, nous le montre établi sur l'Astaboras, dans le fond
de l'ancienne Ethiopie, «à Méroé», et de là arrivant jusqu'aux frontières de l'Egypte. Les
documents dont nous venons d'achever la traduction nous amènent à des conclusions tout-à-fait
semblables, et ces conclusions sont corroborées, rendues complètement incontestables par
l'examen des inscriptions en hiéroglyphes inconnus et en démotique inconnu, dont Lepsius
a copié un très grand nombre.

1 Voir les formes ioniennes XôjujiopcH, ÈXcéjj^Orjv, Xà|urco{, formations analogues au présent \a[x$mtD.
loading ...