Revue égyptologique — 5.1887/​88

Page: 126
DOI issue: DOI article: DOI article: DOI Page: Citation link: 
https://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/revue_egyptologique1888/0166
License: Free access  - all rights reserved Use / Order
0.5
1 cm
facsimile
126

Paul Pierret.

des rois de Tliébaïde et d'Ethiopie, etc., comme il y avait souvent eu en terre romaine, par
permission ou sans permission de l'empereur, bien d'autres rois barbares; mais aucun de ces
rois barbares n'avait usurpé le nom d'empereur. Il a fallu l'endettement de l'empire, partagé
par les trente tyrans, pour qu'un Odénat, phylarque arabe, devenu roi de la colonie romaine
de Palmyre, ou qu'un Psilaan, prince éthiopien, devenu roi de Tliébaïde (comme l'avait été
Pseru Kanenti,1 Psentôs2 et tant d'autres) osât substituer à ces titres inférieurs celui d'/luio-
crator César Auguste.

Notons d'ailleurs que, si le titre impérial d'Odénat avait été confirmé par l'empereur
Gallien, celui de Psilaan fut confirmé à son tour, selon toutes les apparences, par l'allié intime
des Blemmyes, le pseudo-empereur Firmus, «l'ami et le compagnon de Zénobie».-1

KELIGION ET MYTHOLOGIE DES ANCIENS ÉGYPTIENS

D'APRÈS LES MONUMENTS.

(Fin.)

On n'a pas de peine à comprendre que les premiers hommes, ignorant la configura-
tion de la terre et les lois de la perspective, aient cru à chaque aurore que le globe solaire
surgissait de l'eau de la mer ou des fleuves. Voyant chaque matin les ténèbres dissipées par
l'apparition de l'astre qui rend aux objets leurs formes et leurs couleurs, ils ont imaginé que
le réveil quotidien de la nature était la répétition du premier jour de la création et que
l'eau avait donné naissance au soleil, dispensateur de la vie universelle. Telle fut la con-
ception cosmogonique de la plupart des peuples de l'antiquité, telle , fut celle des Égyptiens.
L'eau primordiale était personnifiée chez eux par le dieu Noun. Sa forme est celle d'un homme
enveloppé, sauf les mains, c'est-à-dire symbolisant le sommeil de la mort et par suite l'inertie
et le sommeil de la substance élémentaire; ses mains tiennent le fouet, c'est-à-dire la force
d'initiative qui, ainsi que l'indiquent les deux plumes qui surmontent sa tête, transmettra,
par le souffle de l'air, le mouvement créateur à la substance élémentaire. Noun est le plus
ancien dieu en sa qualité de père et de procréateur de toutes les divinités. Il est «le commen-
cement du devenir, ce qui était au commencement et ce qui est à l'état de commencement».1

1 Pseru KanenfL, ce roi au double cartouche démo-tique dont nous avons parlé précédemment, et
qui semble avoir eu la Tliébaïde, faisait du reste partie peut-être de la même dynastie que l'empereur
Psilaan.

2 Voir ce que nous avons dit plus haut de ce «roi des Ethiopiens», rédigeant des utiles grecques à
Philée, et qui pourrait bien être le «j-ce thebœorum», auteur de la statue à inscription en vers grecs de
Pescennius Niger.

3 «Istc Zenobise amieus et socius», dit Vobiscus dans la même vie de Firmus où il ajoute : «Idem
et cum Blemmyis societatem maximam tenuit». Selon Zosime (p. 365) Zénobie dont Firmus essayait de
relever le parti, avait été déjà un instant sous le même régne d'Aurélien maîtresse de l'Egypte inférieure.
Peut-être était-ce cette reine arabe, prétendant descendre des Ptoléméos, qui avait traité d'alliance avec
les Blemmyes possédant la Haute Tliébaïde et qu'avait encore combattue dans ce pays et contenue autant
(pic possible du temps de Gallien le tyran Emilien. Firmus n'aurait fait ainsi que continuer les traditions
de sa célèbre amie. Dans sa vie d'Aurélien, Vopiscus place en effet l'insurrection de Firmus en Égypte
immédiatement après la défaite de Zénobie.

« En hiéroglyphes = îtîtî-"ffi^ § □ §k
loading ...