Revue égyptologique — 5.1887/​88

Page: 23
DOI issue: DOI article: DOI article: DOI Page: Citation link: 
https://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/revue_egyptologique1888/0033
License: Free access  - all rights reserved Use / Order
0.5
1 cm
facsimile
Le poème de Pentaour.

23

em nte hetâr er sa teba en sen yartu au sen

de chars, plus que personnes 10,000 de frères jeunes, (que) ils sont

L. 32.
K. 28.

lemet em 6m uâ1 ben kat en ret kennu %u

réunis ensemble. Rien l'ouvrage des hommes nombreux, l'emporte

(La suite au prochain numéro.)

LEÇON D'OUVEETUEE

PROFESSÉE A L'ÉCOLE DU LOUVRE LE 7 DÉCEMBRE 1885.

(Fin.)

Nous venons de vous montrer, messieurs, que le serment était d'un usage extrêmement
fréquent en Egypte, et que, déféré par les juges, il était prêté dans les temples, où l'on
délivrait aux parties une sorte de certificat le constatant. Ces procès-verbaux de serment
nous arrivent en assez grand nombre dans ces tessères que l'on découvre continuellement
en Égypte. Nous vous en avons déjà cité quelques-uns relatifs aux affaires les plus diverses.
Parmi les autres serments judiciaires en cause civile dont nous possédons les pièces2 nous
signalerons encore :

! j I, bu, var. : J ' , ^Jj^» «demeure» on général : cf. ûh, sepulchrum. — Em bu uâ, mot-à-mot:
«en un seul lieu, ensemble». (Brugscu, Dict., en rapproche : e^.^, simul.)

2 Je veux dire les pièces lisibles; car nous avons .au Louvre plusieurs autres serments dérisoires
très effacés, tels que le n° 7S75 donné par M. Eisenlohr, et qui semble relatif à une créance en argent payée
en blé, et les n°s 7864 et 7865 de la même collection qui sont dans un état plus triste encore. Le n" 78G5
renferme cependant une indication mythologique intéressante sur laquelle j'aurai à revenir.
loading ...