Revue égyptologique — 5.1887/​88

Page: 79
DOI issue: DOI article: DOI Page: Citation link: 
https://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/revue_egyptologique1888/0089
License: Free access  - all rights reserved Use / Order
0.5
1 cm
facsimile
Rapport sue une mission, etc.

79

très mince, mais le rouleau paraît avoir, d'après sou diamètre, quinze à seize mètres de long;
la conservation en est très bonne, sauf quelques morceaux cassés au commencement; l'aspect
extérieur permet d'espérer que notre papyrus est intact. Ce doit être un rituel. Quoi qu'il en
soit, ne serait-ce qu'à cause de sa longueur et à cause de la finesse exquise des dessins et
de l'écriture, c'est un très beau papyrus et je suis heureux de l'offrir au Musée du Louvre
avec une stèle et quelques pièces démotiques dont je vous parlerai plus loin.

IL Un rituel qui pourrait bien, par son volume, faire le pendant du précédent; celui-ci
est absolument intact. Il était préservé par une boîte dont le couvercle représente Osiris. On
voit encore le petit brin de roseau qui servait à le lier.

III. Un papyrus en écriture hiératique.

IV. Deux papyrus funéraires de petite dimension; l'un d'eux est lié et porte encore un
cachet noir représentant Osiris assis.

V. Deux amulettes.

VI. Deux fragments de rituels.

VIL Un papyrus funéraire renfermé dans sa boîte.
VIII. Quelques petits fragments de peu d'importance.

Telles sont les acquisitions que j'ai pu faire. J'ai trouvé également quelques papyrus
arabes et coptes provenant du Fayoum; ce sont pour la plupart des prières ou des lettres.

Les papyrus démotiques sont très rares en ce moment dans la Haute-Égypte; les Arabes,
qui commencent à en connaître la valeur, cachent soigneusement tous ceux qu'ils trouvent
pour les revendre plus tard, comme ils font pour les papyrus du temps de Tahraka et de
Sbabaka.

Je n'ai pu trouver en fait de «ramatique» comme disent les fellahs, que des tessères
et des inscriptions que j'ai estampées ou moulées.

Je .dois vous signaler, mon cher maître, un objet assez curieux que j'ai eu entre les
mains, mais que je n'ai pu acheter à cause du prix exorbitant que l'on m'en demandait
(400 livres, 10,000 francs). C'est un cahier composé de dix feuillets en bois recouverts de
cire noire, à la façon des tablettes romaines. La tablette du dessus et celle du dessous ne
sont enduites que sur la face interne. Le tout est relié, je dirais plutôt broché au moyen de
lanières de cuir. Ce cahier semble être celui d'un élève; j'ai pu voir, entrevoir seulement,
car il ne m'a pas été permis de le considérer bien longtemps, j'ai pu entrevoir, dis-je, des
devoirs; c'est d'abord une page d'écriture, puis un passage qui semble avoir été écrit par
le maître, puis un devoir de calcul etc. Sur le plat du dernier feuillet, on a creusé une
rainure et un petit rond absolument comme pour la palette d'un scribe.

Il est malheureux que je n'aie rien pu copier de cet intéressant cahier dont on ne voit
pas de spécimen au Musée du Louvre.

Parmi les tessères démotiques que j'ai pu trouver en bon état et dont je rapporte un
assez grand nombre, quelques-unes sont intéressantes à plusieurs points de vue. Permettez-
moi de les analyser ici :

Le Musée du Louvre possède sous le n° 7863 une tessère donnée par M. Eisbnlohk.
Nous y voyons une femme prêter serment pour témoigner dans un procès intervenu entre
Hortu et Soun-Amen d'une part et Hermione, fille de Pirrhinos, d'autre part. J'ai eu la main
loading ...