Revue égyptologique — 14.1914

Page: 39
DOI issue: DOI article: DOI article: DOI Page: Citation link: 
https://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/revue_egyptologique1914/0049
License: Free access  - all rights reserved Use / Order
0.5
1 cm
facsimile
Textes démotiques, etc.

39

notais alors que dans le Koufi QA remplaçait JtUT w V\ ujaivreq, basé sur

TJjî = «J«-; qui nulle part n'apparaît dans ce manuscrit.

Cette transformation s'explique par le sens temporal de ® uja.it «quand» quum quando. dont
j'ai donné tant d'exemples dans le Koufi même, aussi bien que dans le papyrus gnostique. Mais il faut

remarquer en outre que le papyrus gnostique possède la forme UT U a V\ ujatiTeq, ce qui ne

l'empêche pas de l'employer parallèlement avec *^=^ dans cette même signification. La signification

« jusqu'à ce que» avait ete constatée pour g7^. même par Maspeko, Etudes, pp. 30, 35. etc., à côté

^ViW < 1'

® /fi

de la signification £ÏÏ\ aj&n quand (ibid.), qu'il empruntait à Bbugsch (Gr. dém., 183, § 362). Je les

ai toujours aussi admises l'une et l'autre dans ce papyrus gnostique, et j'avais oublié de le dire dans la
note précitée. Le dialecte du papyrus gnostique est un dialecte usé, qui a puisé à des formes dialec-
tales fort diverses. En eopte, nous avons parallèlement uja.ii.Te (Thébain) et uja-re (Alexandrin). Or,

= uj&iiTc est celle de Petibast (Q 12, 18, W 4, 10) et UTti, <& uja.Te la forme employée
dans le papyrus moral de Leide XIX, 2, XXXI, 12, aussi bien que dans le Corpus, t. II, pl. 2, 1. 22.
tandis que le Koufi, nous l'avons vu, avait Qî\ tiré de uja.ii et non de uja..

TEXTES DÉMOTIQUES

D'ÉPOQUE PTOLÉMAÏQUE ET ROMAINE TRANSCRITS EN HIÉROGLYPHES.

PAR

Eugène Revillout.
I. Ventes et gages.

Un des plus curieux textes de cette série est une vente bilingue de l'an 11 de Jésus-Christ, dont
nous possédons plusieurs exemplaires et plusieurs traductions.

Selon la vieille coutume égyptienne et en vertu de la loi du pays, cette vente avait nécessité deux
contrats écrits à cette époque sur une seule feuille de papyrus : l'écrit pour argent, constatant le paiement
intégral, et l'écrit de cession, abandonnant la jouissance. Sur deux des exemplaires différents, que nous
possédons, on avait'joint aux textes égyptiens des traductions grecques fort intéressantes. Sur un autre,
le papyrus CCLXII du British Muséum, publiée à la planche 8 des photographies du tome 11 du cata-
logue, par les soins de mon ami Kenyon, on n'a donné qu'une analyse grecque des deux textes pris en-
semble (voir p. 177 du volume de textes grecs transcrits), analyse dont j'ai eu l'occasion de parler moi-
même dans mon Précis"de droit égyptien.

Aujourd'hui nous nous referrons ici au texte démotique, tel qu'il a été photographié par le British
Muséum, et qui est d'ailleurs, sauf quelques passages mieux conservés ou quelques variantes, identique
aux autres exemplaires. Pour le grec du texte du British Muséum nous nous bornerons à renvoyer à la
publication de Kenyon. Mais il nous paraît bon de reproduire une traduction grecque complète, encore
inédite,1 de l'écrit pour argent.

1 Avec variantes tirées d'autres copies.

18*
loading ...