Institut Egyptien <al-Qāhira> [Editor]
Bulletin de l'Institut Egyptien — 3.Ser. 4.1893(1894)

Page: 294
DOI issue: DOI article: DOI Page: Citation link: 
https://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/bie1893/0309
License: Free access  - all rights reserved Use / Order
0.5
1 cm
facsimile
— 294 —

dire que ces êtres, différant les uns des autres par des particularités
d'une valeur secondaire, se ressemblent entre eux par les grandes
lignes d'une structure générale qui domine, en quelque sorte, les
variations innombrables que présente le règne animal.

J'avais besoin, Messieurs, de rappeler en quelques mots à vos
esprits ces fondements de l'évolution de la vie sur la terre pour
vous parler des animaux qui forment la suite naturelle des oiseaux
et des reptiles et dont vous tenez à connaître l'importance et le rang
dans la faune de l'Egypte.

A la vérité, les êtres vivants qui font le sujet de ce discours n'ont
au premier abord, aucune des qualités qui captivent l'intérêt.

L'oiseau nous séduit par la grâce de ses attitudes, l'élégance ou
la richesse de son plumage, souvent, humblement vêtu, par la mé-
lodie de ses chansons joyeuses, toujours par le charme de sa vie
aérienne.

Le reptile lui-même force, pour ainsi dire, notre intérêt, par la
raison qui devrait le plus l'éloigner, la terreur qu'il inspire. Mais
l'homme, vous le savez, est, lui aussi, un étrange animal. Il éprou-
ve une invincible attraction vers tout ce qui lui cause une émotion
de crainte, et, comme nous l'a montré l'histoire du crocodile,
entoure même parfois d'un respect religieux l'être qui a le pouvoir
de lui nuire.

Les Batraciens et les paissons que je vais passer en revue ne sont
pas, je l'avoue, des animaux très gracieux et, en général du moins,
ne sont pas fort redoutables. Us méritent toutefois votre attention
par l'originalité de leurs habitudes, les particularités remarquables
de leur organisation et aussi, ajouterai-je, en ce qui concerne les
poissons, par le rôle économique de premier ordre qu'ils remplissent
dans l'alimentation et les usages de l'homme.

Je ne désespère donc pas, Messieurs, de vous intéresser pendant
quelques instants à la vie de ces curieux animaux, confiant encore
une fois à la générosité bienveillante de votre hospitalité scientifique.

Les batraciens, dont la place est marquée dans la série zoalogique
entre les reptiles et les poissons auraient été réunis aux premiers
par tous les anciens naturalistes. Guvier lui-même en avait fait le
quatrième ordre de sa classe des reptiles.

Mais Blainville et Duvernoy montrèrent clairement l'incertitude
loading ...