Société de l'Histoire de l'Art Français [Editor]
Bulletin de la Société de l'Histoire de l'Art Français — 1920

Page: 195
DOI article: DOI article: DOI Page: Citation link: 
https://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/bshaf1920/0217
License: Free access  - all rights reserved Use / Order
0.5
1 cm
facsimile
l’entrée de la salle Louis XVI, inaugurée en 1918 et con-
sacrée aux souvenirs français de la guerre de l’Indépen-
dance américaine.

Une certaine quantité de portraits historiques est
entrée à Versailles depuis ces dernières années et a été
répartie dans les séries iconographiques du Musée. M. de
Nolhac a insisté surtout sur les images d’artistes et d’écri-
vains, qui furent un peu oubliées dans les groupements
d’autrefois et que son administration a toujours recher-
chées avec soin. Il a rappelé l’entrée au Musée des images
authentiques de Pascal, de Mme de Sévigné, de Chateau-
briand, de Mme Récamier, du Berlioz, aujourd’hui
fameux, de Daumier, et beaucoup d’autres œuvres
moindres. Les dernières acquisitions viennent d’intro-
duire dans les galeries de Versailles un très beau La Fon-
taine, de Largillière, le meilleur portrait de Stendhal, par
Soedermark, légué par M. Chéramy, un Flaubert d’Eu-
gène Giraud, donné par le comte Primoli, le Banville de
Dehodencq, offert par M. Rochegrosse, une étude de
Henri Rochefort par Courbet, le portrait d'Édouard
Détaillé, par Aimé Morot, de Jules Claretie, par Benja-
min Constant, de Paul Déroul'ede, par M. Cormon,
d’autres encore. C’est l’attrait et l’utilité de ces collec-
tions de portraits de Versailles, aujourd’hui commodé-
ment classées et dont le catalogue est prêt à paraître, de
fournir au chercheur et au curieux des images authen-
tiques, et souvent d’une réelle valeur d’art, de « toutes les
gloires de la France ».

Un tableau inconnu de Poussin.

(Communication de M. Paul Jamot.)

J’ai depuis peu la bonne fortune de posséder un tableau
de Poussin qui a jusqu’ici échappé à l’attention des cri-
tiques et des historiens. Aucun renseignement ne m’a été
fourni sur les vicissitudes par lesquelles il a passé. Mais
il a un cadre où le premier coup d’œil fait reconnaître,
dans le décor et dans la dorure, la fabrication anglaise de
la fin du xvme siècle. Cela suffit pour expliquer qu’il soit
loading ...