Société de l'Histoire de l'Art Français [Editor]
Bulletin de la Société de l'Histoire de l'Art Français — 1920

Page: 211
DOI article: DOI Page: Citation link: 
https://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/bshaf1920/0235
License: Free access  - all rights reserved Use / Order
0.5
1 cm
facsimile
21 I

Notes sur quelques sculptures du xvme siècle
du Musée du Louvre.

(Communication de M. Paul Vitry.)

M. Paul Vitry signale le passage dans une vente récente
(collection Caillavet, 7 mai 1920) d’un plâtre de Caffieri
semblable à celui du Musée du Louvre qui est signé
J.-J. Caffieri, 1767, et qui y est entré en 1908. Le cata-
logue de la vente Caillavet indique par erreur que c’est le
« modèle en terre cuite » de cette composition qui figure
au Louvre. Il s’agit d’un projet de monument funéraire
qui fut exposé au Salon de 1767 sous le titre de Y Amitié
■pleurant sur un tombeau. Un projet analogue fut exposé
six ans plus tard par Caffieri et réalisé en marbre l’année
suivante (1774), sur la demande de l’abbé de Voisenon, à
la mémoire de Mme Favart. Ce petit monument est égale-
ment au Louvre aujourd'hui.

Il convient de rappeler que le plâtre de la collection
Caillavet avait été publié en 1907 dans les Arts et attribué
à Marin. La signature était sans doute alors dissimulée
par une couche générale de peinture qui recouvrait tout
le groupe et qui l’alourdissait. Cette peinture a été sup-
primée depuis; mais l’exemplaire est moins net et moins
soigné que celui du Louvre, qui est dans un état de con-
servation parfait.

■¥■ *

M. Vitry signale, d’autre part, l’identification nécessaire
et qui devra prendre place au prochain catalogue de la
sculpture moderne des deux marbres provenant des col-
lections du Garde-Meuble et exposés dans les salles du
Mobilier du xvme siècle (supplément au Catalogue de la
sculpture moderne, 1907, n°s 1069 et 1070) avec la Cléo-
pâtre de François Barrois et le Méléagre de René Char-
pentier, deux morceaux de réception à l’Académie qui
ont été reconnus par M. André Fontaine (Les collections
de l’Académie royale de peinture et de sculpture, 1910).

Il indique aussi que la Vénus Callipyge, imitée de l’an-
tique, laissée jusqu’ici aux inconnus de l’École française
loading ...