Société de l'Histoire de l'Art Français [Editor]
Bulletin de la Société de l'Histoire de l'Art Français — 1920

Page: 31
DOI article: DOI Page: Citation link: 
https://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/bshaf1920/0041
License: Free access  - all rights reserved Use / Order
0.5
1 cm
facsimile
— 3i

Essai d’identification

DE QUELQUES MORCEAUX DE RÉCEPTION

de l’Académie royale de peinture et de sculpture
APPARTENANT AU MUSÉE DU LOUVRE.

(Communication de M. André Fontaine.)

Aux rectifications apportées par M. Louis Demonts à
mon travail sur les collections de l’Académie royale
(pages 79 et suivantes du Bulletin de la Société, année
1913), le souci de la sincérité scientifique m’oblige à en
ajouter moi-même quelques-unes.

Des recherches sur le morceau de réception du
peintre Blain de Fontenay m’avaient amené à écrire :
« Les registres d’inventaires du Louvre indiquent qu’il
se trouve dans les magasins du Musée; il n’y est plus
aujourd’hui » (Les Collections de l’Académie royale de
peinture et de sculpture, p. 2031). En réalité, cette œuvre
n’a pas quitté le ,Musée du Louvre. Au-dessus d’une des
deux portes qui séparent les salles du mobilier du xvne et
du xvme siècle, on peut voir un tableau représentant à
droite un buste de Louis XIV en bronze doré placé sur
une gaine, entre deux colonnes cannelées et enguirlan-
dées; puis, au premier plan, dans la partie inférieure, une
cuirasse et des pièces d’armures, des raisins blancs et
noirs, une pêche, une poire ; au centre, une table avec, —
peut-être, — un tapis rose ne dépassant pas les arêtes de
la table, sur laquelle est posé un grand vase doré rempli
d’une énorme gerbe de fleurs très variées et d’une exécu-
tion particulièrement soignée. Ce tableau, inscrit sous le
n° 24 au Catalogue sommaire, mesure imgo de hauteur
sur 1^64 de largeur.

1. C’est par une inadvertance inexcusable qu’à la page 115
du même ouvrage j’avais laissé passer le nom de Blain de
Fontenay parmi ceux des peintres dont les morceaux de
réception avaient été envoyés à Montpellier au début du
xix° siècle. De telles fautes d’inadvertance ont eu parfois pour
l’identité des œuvres d’art les conséquences les plus regret-
tables.
loading ...