Société de l'Histoire de l'Art Français [Editor]
Bulletin de la Société de l'Histoire de l'Art Français — 1920

Page: 55
DOI article: DOI article: DOI Page: Citation link: 
https://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/bshaf1920/0067
License: Free access  - all rights reserved Use / Order
0.5
1 cm
facsimile
— 55 —

anomalie infirmerait-elle l’opinion qu’on a émise? Dès
l’instant que le tableau n’a pas été peint d’après nature,
il est possible d’admettre que l’erreur du peintre date de
1709, tout aussi bien que d’une année postérieure.

Encore un mot avant de terminer.

Cette peinture, a-t-on dit, procède d’une intention ana-
logue à celle qui avait inspiré les tableaux de l’hôtel de
La Ferté; elle a été commandée pour une évidente satis-
faction de vanité, afin de servir de témoignage aux des-
cendants des Ventadour de l’honneur qu’avait eu la
famille de compter parmi ses membres une gouvernante
des enfants de France. Sans doute, Mme de Lansac, la
maréchale de La Motte et la duchesse de La Ferté
n’avaient-elles pas eu d’autre pensée en se faisant peindre
dans l’exercice de leurs fonctions.

Il y a pourtant une différence intéressante à signaler
entre le tableau de la collection Wallace et les peintures
de l’hôtel de La Ferté. Celles-ci étaient des toiles à des-
tination décorative : celle qui nous est parvenue mesure
2m5o de hauteur sur img6 de largeur. Le tableau de
Londres, au contraire, a les dimensions d’une peinture de
chevalet : 1^27 de haut sur im6o de large. Enfin, son attri-
bution à Largillière est parfaitement défendable, et, —
pour autant, du moins, que l’on en puisse juger par ce
que nous savons des pseudo-Mignard, Antoine Coypel
et Pierre Gobert, auteurs des peintures de l’hôtel de La
Ferté, — on peut estimer sa qualité supérieure à celle de
ces dernières.

Un peintre d’origine française a la cour de Gustave III.

Louis Masreliez.

(Communication de M. Cari David Moselius.)

Messieurs,

Permettez-moi d’abord de vous exprimer ma profonde
joie et ma reconnaissance pour le grand honneur que
vous m’avez fait en m’admettant parmi les membres de
votre illustre Société qui a tant mérité de l’histoire de
l’art français.
loading ...