Gazette des beaux-arts: la doyenne des revues d'art — 11.1861

Page: 206
DOI issue: DOI article: DOI Page: Citation link: 
https://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/gba1861_3/0214
License: Public Domain Mark Use / Order
0.5
1 cm
facsimile
LE MUSEE D'ANVERS

( Suite1. )

III

DIX-SEPTIÈME SIÈCLE. RUBENS ET SES CONTEMPORAINS

Le musée d'Anvers n'a rien d'Adam van Noort, mais, d'Otho vanYeen,
le second maître de Rubens, il possède quatre tableaux provenant de la
corporation des merciers, un Saint Paul prêchant à Gésarée, volet d'un
triptyque ornant autrefois l'autel de la confrérie de Saint-Luc, et le por-
trait de Jean Miraeus, quatrième évêque d'Anvers.

Otho vanYeen s'était formé en Italie, et son talent est un mélange des
pratiques italiennes avec le style flamand ; la simplicité de la conception
s'y combine avec une certaine grandeur du dessin. L'Acte de charité
de saint Nicolas est une composition de genre tout familier, bien que les
figures entières soient de proportion naturelle : trois jeunes filles tra-
vaillent dans un intérieur modeste, près de leur vieux père; à la fenêtre
paraît saint Nicolas qui vient les secourir dans leur pauvreté. Le pendant
offre encore un trait de la vie du même saint, qui sauve de la famine les
habitants de la Lycie. Les deux autres tableaux, provenant, comme ceux-ci,
de la corporation des merciers, représentent Zachée sur le figuier et la
Vocation de saint Matthieu.

Voici Rubens! De Rubens on peut dire qu'il est partout, en Espagne
et en Italie, en France et en Allemagne, en Angleterre et en Russie, à
Bruxelles, à Malines, à Alost, à Gand, et dans presque toutes les villes de
la Belgique, comme à Anvers. Deux à trois mille tableaux de Rubens, à se
partager dans le monde! Il est heureux que la plupart des artistes supé-
rieurs aient été en même temps des producteurs féconds. Encore est-ce
Rubens qui a le plus produit, — plus que l'abondant Murillo, plus que
Titien qui vécut un siècle.

1. Voir la livraison du 1er juillet.
loading ...