Gazette des beaux-arts: la doyenne des revues d'art — 2.Pér. 20.1879

Page: 35
DOI issue: DOI article: DOI Page: Citation link: 
https://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/gba1879_2/0043
License: Free access  - all rights reserved Use / Order
0.5
1 cm
facsimile
LE SALON DE 1879

(deuxième article1)

V.

ue de fiançailles, de mariages, de
baptêmes, dans le groupe de peintres
que préside M. Adrien Moreau, à
défaut de MM. Leloir, qui, cette an-
née, n'exposent point! Les fêtes de
famille prêtent à la gaîté, aux repas
succulents et surtout au déploiement
des belles étoffes. M. Adrien Moreau
renouvelle un peu la cérémonie, en
représentant des Noces d'argent. Le
groupe principal grisonne; telle est
la seule modification apportée au programme et la mise en scène reste
la même. On la voit d'ici : costumes Louis XIII, chapeaux à plumes,
robes de satin, manteaux de velours, et comme fond une architecture de
manoir, avec premier plan de sable fin. M. Firmin Girard le remplace
par des feuilles mortes qui sont un de ses triomphes et auxquelles il a
raison de rester fidèle. Il marie aussi; seulement les conjoints sont de
moindre condition, des paysans enrubannés qui reviennent de l'église,
ménétrier en tète. Tout est charmant et exécuté à miracle. L'école du
satin a fait une acquisition nouvelle : M. Étienne, un peintre russe, qui
date ses toiles de Rome, et qui représente un mariage flamand : c'est le
Retour des mariés. D'où reviennent-ils? Pourquoi sont-ils Flamands? Je
suis trop curieux. Ils ont les plus jolis costumes du monde ; les étoffes

1. Voir Gazelle des Beaux-Arts, 2e période, t. XIX, p. 548.
loading ...