Gazette des beaux-arts: la doyenne des revues d'art — 2.Pér. 20.1879

Page: 389
DOI issue: DOI article: DOI Page: Citation link: 
https://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/gba1879_2/0419
License: Free access  - all rights reserved Use / Order
0.5
1 cm
facsimile
INVENTAIRE DE LA COLLECTION

DE LA REINE MARIE-ANTOINETTE

armi les merveilles de toute sorte
réunies dansses nombreuses salles,
le Musée du Louvre possède un
certain nombre de rares et char-
mants objets ayant appartenu à la
reine Marie-Antoinette. Ces pièces
sont doublement précieuses, et par
leur valeur d'art, et par le tou-
chant intérêt qui s'attache à tout
ce qui rappelle le souvenir de
Marie-Antoinette. Elles faisaient
partie d'une collection formée par
la malheureuse reine avec un
amour tout particulier, et compo-
sée de laques du Japon, de por-

celaines de Chine et d'objets en bois pétrifié, en jaspe, cristal de roche
et autres matières dures. La plupart de ces curieux morceaux, de très
petite dimension, sont remarquables par un raffinement de travail tout à
fait conforme au goût de l'époque et à celui de la reine elle-même. Il est
aisé de voir que la collection a été faite par une femme et pour une femme,
avec le luxe de détails recherchés qui est le cachet du temps. Tous ces
menus objets pouvaient compléter d'une façon assortie l'ameublement si
ravissant, mais un peu précieux, du Petit-Trianon. Quelques-uns devaient
avoir pour la reine d'autant plus de prix qu'ils avaient été faits à Vienne
et envoyés sans doute par Marie-Thérèse à sa fille bien-aimée.

Les événements ne permirent pas à la reine de jouir longtemps de sa
chère collection : les 5 et 6 octobre, une populace affamée et furieuse
envahissait le palais de Versailles et ramenait à Paris la famille royale.
Dès le 10 octobre, Marie-Antoinette, comme si elle pressentait tous les
malheurs qui lui étaient réservés, faisait déposer ces curieuses raretés,
loading ...