Gazette des beaux-arts: la doyenne des revues d'art — 2.Pér. 20.1879

Page: 90
DOI issue: DOI article: DOI Page: Citation link: 
https://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/gba1879_2/0098
License: Free access  - all rights reserved Use / Order
0.5
1 cm
facsimile
L'ORFÈVRERIE ESPAGNOLE

AU MOYEN AGE ET A LA RENAISSANCE 1

ï.

« Pretiosa metallis, » précieuse
pour ses métaux, dit, en parlant de
l'Espagne, le poète Claudien, qui ca-
ractérise ainsi, d'un mot, le côté pra-
tique le plus réel de l'exploitation du
sol de la péninsule ibérique par les
anciens2. Plusieurs autres vieux au-
teurs font chorus sur ce point et van-
tent à l'envi les richesses plutoniennes
de cette contrée « aurifère », dont la
possession fut si vivement disputée,
pendant une longue suite de siècles,
par les peuples conquérants des alen-
tours de la Méditerranée.

Dans un pays où les métaux abon-
dent, durent se développer de bonne
heure l'orfèvrerie et la bijouterie, ces
deux industries sœurs qu'attire natu-
rellement l'extraction des minerais.
Les notions qu'on possède sur ce sujet sont, il est vrai, très sommaires; mais une
recherche plus soigneuse ferait certainement rencontrer des preuves palpables de ce
que la simple logique des faits nous porte à supposer. Le jour où les orfèvres
et les bijoutiers espagnols auront intérêt à ne plus fondre les objets antiques d'or
ou d'argent qu'on leur apporte, ils fourniront bien vite ces preuves, et en tel nombre

1. Recherches sur l'orfèvrerie en Espagne au moyen âge et à la Renaissance ; documents inédits tirés
des archives espagnoles, par M. le baron Ch. Davillier. Paris, A. Quantin, imprimeur-éditeur, 18~9, 1 yoI.
grand in-4°, orné de 19 planches à l'eau-forte et de nombreux dessins dans le texte.

2. De laudibus Serenœ.
loading ...