Gazette des beaux-arts: la doyenne des revues d'art — 2.Pér. 20.1879

Page: 465
DOI issue: DOI article: DOI Page: Citation link: 
https://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/gba1879_2/0501
License: Free access  - all rights reserved Use / Order
0.5
1 cm
facsimile
ADRIEN BRAUWER

L'historien qui voudra raconter
la vie d'Adrien Brauwer devra exa-
gérer la prudence. Nulle biographie
n'est plus malaisée. Les romanciers
d'autrefois l'ont écrite avec une sé-
rénité parfaite ; mais la critique mo-
derne marche en compagnie d'une
muse qui s'appelle l'inquiétude, et
elle n'est point d'humeur à accepter
les yeux fermés toutes les inventions
des beaux esprits. Le document posi-
tif est bien rare sur Brauwer. Qu'y
a-t-il à son dossier? Trois dates seu-
lement et trois faits d'inégale impor-
tance. Ces renseignements ne sont
connus que depuis quelques années,
et cependant ils ont de la valeur pour
l'histoire, car ils ne se concilient
guère avec la tradition romanesque, et ils autorisent à penser que
l'imagination des conteurs a créé un Brauwer de fantaisie. Quant aux
œuvres du peintre, dont les gaietés intenses vont quelquefois jusqu'au
tragique, elles sont ordinairement sans date, si bien que la chro-
nologie manque pour l'histoire du talent de l'artiste comme pour la vie
de l'homme. Le travail, essentiellement provisoire, qu'on va lire, ne
sera donc qu'un aveu d'ignorance et un recueil de perplexités.

L'incertitude commence dès le premier pas. A l'heure qu'il est, on
ne sait point encore si Brauwer ou Brouwer — car les livres anciens
donnent les deux formes — était Hollandais ou Flamand. Pour ceux qui

XX. — 2e PERIODE. 59
loading ...