Institut Français d'Archéologie Orientale <al-Qāhira> [Editor]; Mission Archéologique Française <al-Qāhira> [Editor]
Recueil de travaux relatifs à la philologie et à l'archéologie égyptiennes et assyriennes: pour servir de bullletin à la Mission Française du Caire — 38.1916

Page: 1
DOI issue: DOI article: DOI Page: Citation link: 
https://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/rectrav1916/0011
License: Free access  - all rights reserved Use / Order
0.5
1 cm
facsimile
RECUEIL

DR TRAVAUX RELATIFS A LA PHILOLOGIE ET A L'ARCHÉOLOGIFT

ÉGYPTIENNES ET ASSYRIENNES

1916 Fascicules I et II

Contenu : 1) Une petite horloge astronomique gréco-égyptienne, par Henri Sottas. — 2) Quelques divinités
dans les arbres, par G. Maspero. — 3) Le classement des rois de la famille des Bubastites, par
G. Daressy. — 5) Hérodote, II, cl, par G. Maspero. — 6) Nécropole de Qantarah (fouilles de
mai 1914), par Jean Clédat. — 7) Sur le sens juridique de '_ ', par G. Maspero. — 8) La mise à

mort rituelle d'Apis, par Emile Chassinat. — 9) Le titre S^J| J $), par Victor Loret. — 10) On
the reading of I as ny-sw-t, by Aylward M. Blackman.— 11) Additional note on A. M. Black-

I AAAAAA

man's article, by Alan H. Gardiner. — 13) Note sur un gnomon portatif gréco-égyptien, par Charles
Kuentz. — 13) Introduction à l'étude de la phonétique égyptienne (suite), par G. Maspero.

UNE PETITE H0KL0GE ASTRONOMIQUE GRÉCO-ÉGYPTIENNE

par

Henri Sottas

Le petit monument trouvé à Qantarah, dans l'isthme de Suez, et publié par
M. Clédat (Recueil, vol. XXXVII, p. 38-39), se fait reconnaître à première vue comme
une horloge astronomique. Vu ses dimensions, on pourrait presque l'appeler une
« pendule » portative, ou même une « montre » égyptienne2.

L'ombre portée d'un organe appartenant au dé h, et dont nous aurons à préciser
la disposition, est reçue sur le plan incliné A. L'extrémité de cette ombre, repérée sur
les points appartenant à la ligne en regard du nom du mois en cours, donne les heures.

Si nous considérons chacune des lignes de points3, nous voyons aisément que le
point le plus à gauche donne l'heure de midi et les suivants de gauche à droite symé-
triquement, 11 h. m. et 1 h. s. ; 10 h. m. et 2 h', s. ; 9 h. m. et 3 h. s. ; 8 h. m. et 4 h. s. ;
7 h. m. et 5 h. s. Enfin, la limite supérieure du plan incliné sert d'indice pour 6 h. m.
et 6 h. s. Il ne s'agit d'ailleurs pas d'heures de longueur constante selon nos habitudes
actuelles, mais de la division en douze parties égales de l'intervalle de temps variable
compris entre le lever et le coucher du soleil'. Toute autre considération mise de côté,
il est visible que la disposition des lignes obliques de sept points serait différente si la
mesure du temps s'effectuait comme aujourd'hui, et même que le nombre des points

1. Cette note a été écrite pendant une convalescence en province et, pour ainsi dire, loin de tout secours
livresque. On ne s'attendra pas à des précisions que la nature de l'objet étudié ne comporte d'ailleurs pas. Le
lecteur fera de lui-même la comparaison avec les instruments purement égyptiens de destination analogue
publiés notamment par L. Borchardt, Zelteclifijt, "vol."xxxvii et XLVIIl.

2. Malheureusement, M. Clédat ne donné Bas le çoids. J'ai calculé le volume = 130cc; en supposant la
la densité de la pierre = 2,5, on obtient un poids dè 325 grammes. Construite en bois, l'horloge ne pèserait
guère que 100 grammes, soit à peu-près confiné une de nos montres.

3. M. Clédat en indique six par ligne sur son dessin et huit dans sa description. Cette dernière indica-
tion est évidemment le résultat d'une inadvertance.

4. Cette manière primitive de compter le temps, intimement liée à la mythologie, a eu beaucoup de ré-
sistance.

recueil, xxxviii. — troisième sér., t. vi. "' 1
loading ...