Société Française d'Egyptologie [Editor]
Revue de l'Egypte ancienne — 1.1925-1927

Page: 133
DOI article: DOI Page: Citation link: 
https://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/revue_egypte_ancienne1925_1927/0153
License: Free access  - all rights reserved Use / Order
0.5
1 cm
facsimile
RELIGION ET MAGIE.

L’OPINION D’UN SORCIER ÉGYPTIEN,

PAR

M. ÉTIENNE DRIOTON.

L’étude de M. Lacau sur les statues cr guérisseusesiC 1) a rappelé récemment l’atten-
tion sur les relations de la magie et de la religion en Egypte.

J1 est certain que, pour les prètres qui consacraient daris les temples de lelles
statues et pour Jes fidèles qui usaient de leur vertu miraculeuse, les frontières du
culte et de la magie devenaient assez imprécises et qu’iJs ne voyaient dans leur
emploi simuitané aucune contradiction : ils étaient même amenés par la force de
Jeurs pratiques à considérer la magie comme partie intégrante de Ja religion.

Pourtant cette confusion pratique ne semble pas dériver d’une confusion théo-
rique : des témoignages de différentes époques prouvent, au contraire, par l’essai
qu’iJs font de diverses soJutions, que îe problème des relations enti*e la magie et Je
culte existait en entier dans Ja pensée égvptienne.

C’est, par exemple, l’opinion dTm philosophe, antérieur peut-ètre au Nouvel
Empire, que livre le papyrus 1116 A de l’Ermitage : l’auteur déclare que Dieu, en
créant lesbommes, ccleur a fait la magie comme armes pour repousser le bras des
événementsiC 2), laissant entendre qu’il réduit la valeur de la magie à une action
prophylactique des amulettes et des formules. On saisit là une solution de liturgiste.

La solution du magicien, elle, exalte son art jusqu’au mépris du culte. J’en i-eJève

P. Lacau , Les statues rguévisseusesn dans
l’ancienne Egypte (Fondation Eugène Piot. Monmnents
et mèmoires publiés par l’Académie des Inscriptions et
Belles Lettres, t. XXV, 1921-1922, p. 2o5-2o6).

, 3-/1.

<==>îtlli ,■ <JL ! ! 1 1 1 ’ Golénischeff, Les Papij-
rus hiératiques n os 1 n5, 1116 A et. 1116 B de l’Er-
milage impêrial à Saint-Pétersbourg, 1913, pl. XIV,
papyrus 1116 A, recto, lignes i36-i3y. Gf. Gardi-
ner, Journal oj Egyptian archaeology, vol. I, p. 36.

18

UEV. EGYPTE ANC.
loading ...