Société Française d'Egyptologie [Editor]
Revue de l'Egypte ancienne — 1.1925-1927

Page: 176
DOI article: DOI Page: Citation link: 
https://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/revue_egypte_ancienne1925_1927/0196
License: Free access  - all rights reserved Use / Order
0.5
1 cm
facsimile
SUR L’ATTRIBUTION

DES

FRAGMENTS DE PAPYRUS,

PAR

M. E. CAVAIGNAC

L’année 1923 a yu paraître deux opuscules papyrologiques qui, sous des dehors
modestes, présentent à mon avis un grand intérêt. M. Oldfather a publié un relevé
de Thegreek literary texts from greco-roman Egypt (Madison), et M. Bilabel a rassemblé
Diekleineren Historikerfragmente avf Papyrus (Bonn). Nous nous arrêterons surtout sur
le premier de ces travaux, qui comprend une liste complète des 1,167 b’agments
d’écrivains grecs de tous genres que nous possédons actuellement.

Près de 1,200 fragments : c’est un chiffre largement suffisant pour autoriser,
dès à présent, une étude statistique propre à nous renseigner sur les goûts du public
grec d’Egypte d’époque alexandrine, romaine ou byzantine, sur îa sélection qui s’était
opérée dès îors sur la littérature du passé, etc. Bemarquons qne la moitié des textes
(591) sont datés avec. certitude du 11 e ou m e siècle après J.-C. : c’est donc sur le public
du temps des Antonins et des Sévères que porle l’étude statistique en question. Elle
ne laisse pas à mon avis d’ètre grandement instructive.

Tout d’abord, près de la moitié des fragments (52 5) sont la reproduction de pas-
sages que nous avions déjà. C’est là d’ailleurs un fait regrettable, puisque nous
saluons avec une joie particulière et bien naturelle les ccinédits■>■). Mais enfin le chiffre
est un indice éloquent du degré de rigidité qu’avait atteint déjà le canon littéraire
grec lel qu’il nous est parvenu.

Mais il y aplus. II s’en faut, en effet, que ce nombre déjà imposant de fragments
épuise la liste de ceux qui représentent des auteurs connus, j’entends depuis longtemps
popularisés parmi nous par des fragments nombreux, des notices dans nos histoires
littéraires, etc. Comme les termes de ccconnusn et cl’cc obscursn comportent un degré
loading ...