Société Française d'Egyptologie [Editor]
Revue de l'Egypte ancienne — 1.1925-1927

Page: 138
DOI article: DOI Page: Citation link: 
https://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/revue_egypte_ancienne1925_1927/0158
License: Free access  - all rights reserved Use / Order
0.5
1 cm
facsimile
SüR

L’ÀGE DU GRAND PRÊTRE D’AMON,
BAKENKHONSOL,

PAB

M. G. LEFEBVRE.

Le grand prêtre d’Amon, Bakenkhonsou, contemporain de Ramsès II, nous esl
connu par trois monuments : son tombeau de Drah abou’l Negahd), une statue votive
de la Glyptothèque deMunich, une autre statue votive du Musée du Gaire.

Lq texte gravé au dossier de la statue de Munich est, depuis Dévéria i 1 2), devenu
classique : il nous a conservi le curriculum vitae de Bakenkhonsou et une énumération
de ses travaux d’arcbitecte, outre l’éloge traditionnel de ses vertus.

La statue du Gaire n’a pas encore eu toirte la publicité qu’elle mérite. Trouvée
par Legrain, en 1 qod, dans la favissa de Karnak, elle a été publiée par lui au tome II
de ses Statues de rois et de parliculiers, p. 21, n° l\-i 1 5 5 (Catal. général du Musée du
Caire). La statue est du même type que celle de Munich : Bakenkhonsou est repré-
senté accroupi, les bras croisés horizontalement sur les genoux; son corps est serré
dans une gaine étroite qui ne laisse libres que les mains, étendues à plat, et la tête
que couvre une ample perruque. An dossier est gravée une inscription i 3), due certai-

(1) Champollion, Notices, I, p. 538 (ce tombeau
porte maintenant ie n° 35). — Le personnage avait
été déjà signaié par des figurines funéraires à son
nom : Descnption de l’Êgypte, II, pi. 76 et pl. 80.
— Son sarcophage est au Muse'e de Liverpool : Lie-
blein, Aegypt. Zeitschr., VI, 1868, p. 12.

(2) Dévéria , Revue archéologique, VI, 1862, p. 101,

et Mèmoires de rinstitut égyplien, I, 1862 p. 701
(arlicles réimprimés dans la Bihlioth'eque égyptolo-
gique, IV, p. 268). Le texte fut également publié et
commenté, à la même époque, par Ladtii, Zeilschr.

der Deut. Morgenl. Gesell., XVII, 1863, p. 5hh.
Brugsch, à son tour, en donna une e'dition, d’ailleurs
très infériaure à celle de Déve'ria, dans son Thesau-
rus, VI, p. 12/10, puis une traduction, dans son
ouvrage Die Aegyplologie (1891), p. 275. La plus
récente traduction est celle de Breasted, Ancient Re-
cords, III, p. 23A, S 561 -568. On trouvera enfin des
reproductions de ia slatue de Munich dans Bissing-
Brdckmann, Denkmàler Aegypt. Slculptur, 5i et 52.

(3) C’est l’inscription c de Legrain, op. laud.,
p. 22.
loading ...